Qu'est-ce qu'une physe des fontaines de Banff?

Groupe de physes des fontaines de Banff
La physe des fontaines de Banff est particulièrement vulnérable au début de la période de grande affluence touristique, lorsque les activités humaines représentent la plus grande menace.

Les sources thermales qui se trouvent au lieu historique national Cave and Basin, et au mont Sulphur, abritent la forme de vie la plus menacée du parc national Banff : la physe des fontaines de Banff.

Ce mollusque (escargot) fascinant ne vit nulle part ailleurs sur la planète!

Si l'espèce a été découverte en 1926, les scientifiques n'ont commencé à l'étudier que soixante-dix ans plus tard, en 1996. Il nous reste beaucoup à apprendre sur la physe des fontaines de Banff, qui est passée à l'histoire en 1997 lorsqu'elle est devenue la première espèce vivante de mollusques à être inscrite sur la liste des espèces menacées du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Les plus gros escargots ont la taille d'un grain de maïs, mais la plupart des individus n'atteignent que la moitié de cette grosseur. Il est plus facile de les repérer lorsqu'ils s'agglutinent à des algues, des bactéries, des brindilles ou des pierres à la surface de l'eau, où ils doivent se rendre pour respirer. Les physes ont des yeux noirs et une coquille qui s'enroule vers la gauche (la plupart des escargots ont une coquille enroulée vers la droite).

Où vit la physe des fontaines de Banff?

La physe vit dans les sources Kidney, Upper et Lower Middle ainsi que dans quatre autres sources thermales du lieu historique national Cave and Basin du mont Sulphur dans le parc national Banff. Deux de ces populations ont été rétablies récemment alors qu'elles avaient disparu de certains des étangs où l'on avait découvert l'espèce dans les années 1920. Les sources thermales sont le seul lieu où se trouvent réunies les particularités biologiques, chimiques et géologiques qui créent l'habitat abritant ce mollusque.

Carte montrant la répartition de la physe des fontaines de Banff dans le parc national Banff et dans le monde
L'escargot habite les sources Kidney, Upper et Lower Middle et quatre autres sources thermales du parc national du Canada Banff.

Quel est le statut de la physe des fontaines de Banff?

Le nombre de physes varie avec les saisons. À son plus bas, toute la population de physes des fontaines de Banff pourrait être logée dans un cornet de crème glacée. À son plus haut, toutes les physes pourraient être contenues dans un récipient d'un litre de lait!

La physe des fontaines de Banff est protégée par la loi fédérale en vertu de l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Le COSEPAC a inscrit l'espèce sur la liste des espèces menacées en 1997, puis l'a transférée sur la liste des espèces en voie de disparition en 2000 en raison de sa répartition extrêmement limitée, des nombreuses menaces pesant sur son habitat et des fluctuations importantes dans le nombre d'individus. Le gouvernement de l'Alberta a classé la physe des fontaines de Banff dans la catégorie des espèces en péril.

En quoi la physe des fontaines de Banff est-elle si particulière?

Ce qui rend cet escargot si particulier, c'est l'environnement rare et rude dans lequel il vit. Les sources thermales contiennent peu d'oxygène. Cependant, des concentrations élevées d'hydrogène sulfuré et de minéraux dissous sont présentes, et parfois même une certaine radioactivité! Les sources abritent également des algues et des bactéries uniques en leur genre.

Groupe de physes des fontaines de Banff
La plupart des physes des fontaines de Banff habitent la partie de la source où l'eau jaillit du sol.


La plupart des physes du mont Sulphur vivent dans la partie de la source où l'eau jaillit du sol. Elles y trouvent la température qui leur convient le mieux (entre 30 et 36°C), soit une température légèrement inférieure à celle l'eau du bain.

Pourquoi la physe des fontaines de Banff est-elle en danger?

Colonie de physes s'accrochant à des feuilles mortes sur un tapis de bactéries violettes
En plongeant leurs mains dans l'eau, les gens peuvent, sans le vouloir, déranger ou tuer les physes ou détruire leurs œufs

Toute la population mondiale de physes des fontaines de Banff vit dans de minuscules parcelles d'un habitat rare, unique et fragile. En fait, l'habitat tout entier de la physe équivaut à la superficie d'une maison canadienne de taille moyenne - 170 m2 – qui se trouve intégralement dans le parc national Banff.

La physe des fontaines de Banff pourrait facilement disparaître si rien n'est fait pour protéger son habitat. Elle a déjà disparu d'une partie de l'aire de répartition où on la trouvait autrefois. La population fluctue considérablement, le nombre d'individus étant au plus bas de mars à juin. Ceci rend la physe particulièrement vulnérable au début de la période de grande affluence touristique, où les activités humaines représentent la plus grande menace pour sa survie.

Tout élément ayant des répercussions sur l'écologie des sources thermales peut nuire à cette espèce. En plongeant leurs mains dans l'eau, les visiteurs peuvent, sans le vouloir, déranger les physes et les tuer ou détruire leurs œufs. Même des mouvements très faibles dans l'eau peuvent renverser les matelas microbiens flottants sur lesquels les physes se nourrissent et pondent leurs œufs. Des modifications du niveau de l'eau de même que des produits chimiques comme les insectifuges et les désodorisants sur la peau des visiteurs peuvent également nuire aux physes et à leur habitat.

Mais des menaces naturelles pèsent également sur la physe, dont la compétition de la larve du stratiome et les prédateurs – sauvagines, grives, couleuvres et merles – ainsi que l'assèchement des sources thermales par suite du changement du climat mondial et de la sécheresse.

Que fait Parcs Canada pour aider à sauver la physe des fontaines de Banff?

Recherche et surveillance

Gros plan d'une physe des fontaines de Banff
La physe a des yeux noirs et une coquille qui s'enroule vers la gauche.

Pour faciliter le rétablissement de la physe des fontaines de Banff, Parcs Canada recueille des données scientifiques sur tous les aspects de l'espèce et de son habitat, depuis la chimie de l'eau de source jusqu'à la flore et à la faune qui peuplent l'écosystème des sources thermales. Les spécialistes aquatiques ont répertorié les algues, les mousses et les invertébrés de la région. Ils ont étudié les plantes de plusieurs sources thermales du mont Sulphur. Ils ont même étudié les libellules et les microbes.

La biologie de la reproduction de la physe et son rôle écologique revêtent un intérêt particulier pour les biologistes du parc, qui recueillent également de l'information sur la dynamique de la population de physes et sa répartition dans les diverses bassins thermaux et les cours d'eau qui en découlent. Les scientifiques surveillent régulièrement les propriétés physiques et chimiques de l'eau à toutes les sources autrefois habitées. Ils font entre autres des relevés de la température, du pH (acidité), de la salinité (quantité de sel) et de l'oxygène dissous. Ils surveillent aussi le débit des sources, les niveaux d'eau et le degré de perturbation de l'habitat de la physe. Plus nous en apprenons sur cette espèce rare et sur son habitat, meilleures seront nos chances de l'empêcher de disparaître de la surface de la Terre!

Mesures de rétablissement

Gros plan d'une physe des fontaines de Banff sur un matelas microbien
La physe des fontaines de Banff est la toute première espèce vivante de mollusques à être inscrite sur la liste des espèces menacées par le COSEPAC.

Bien que la physe ait habité autrefois neuf des sources thermales du mont Sulphur, les populations de quatre de ces sources ont diminué et ont fini par disparaître. Un plan de rétablissement de la physe a été approuvé par Parcs Canada en 2002. Ce plan précisait les mesures à prendre pour rétablir des populations de physes dans deux des sources thermales qui les abritaient autrefois. Les efforts de réintroduction ont débuté en 2002, lorsque 50 physes adultes ont été prélevées de la source Lower Middle pour former une nouvelle colonie dans la source Upper Middle. Après que leur nombre eut diminué au départ, la population a rapidement commencé à croître. Un an plus tard, on a répété l'opération à la source Kidney, où l'on a réintroduit 50 physes adultes. Aujourd'hui, les colonies de physes se développent dans sept des sources thermales du mont Sulphur.

Parallèlement, les biologistes du parc font leur possible pour protéger et améliorer l'habitat fragile de la physe. Les sites de la physe sont protégés en vertu de deux lois fédérales, la Loi sur les parcs nationaux du Canada et la Loi sur les espèces en péril. Certains sites ont été fermés au public, et le parc a renforcé les mesures de surveillance et de sécurité, installé des panneaux interdisant toute perturbation, et imposé des amendes en cas de vandalisme, d'intrusion et d'activités illégales. L'installation d'un système d'alarme et de surveillance à détecteur de mouvement dans le bassin de la source Basin a aidé à freiner la baignade interdite.

Sensibilisation du public

Les sources thermales sont des écosystèmes vulnérables et, partout dans le monde. Plusieurs espèces d'escargots des sources thermales ont disparu à jamais au cours des 100 dernières années. Parcs Canada travaille à assurer que l'espèce la plus menacée de Banff ne subira pas le même sort.

La sensibilisation du public à la situation critique de la physe des fontaines de Banff constitue une étape importante dans le rétablissement de l'espèce. Sa survie à long terme dépend de notre volonté collective d'assumer nos responsabilités à cet égard. Le fait d'amener les résidants de la région et les visiteurs du parc à protéger la physe est donc essentiel pour empêcher cette espèce de disparaître.

Le personnel du parc et d'autres organisent des ateliers éducatifs et des promenades guidées à l'intention des élèves des écoles primaires et secondaires, des scientifiques, des enseignants et des éducateurs de plein air, ainsi que des organisateurs de voyages en groupe. D'autres initiatives de sensibilisation sont également en cours, dont la présentation de communications scientifiques à des conférences régionales, nationales ou internationales et la collaboration avec les médias locaux et nationaux pour mieux faire connaître la physe. Les journalistes et les élèves des écoles primaires ont participé aux efforts de rétablissement et des reportages sur la physe ont été publiés dans des journaux locaux, régionaux et nationaux. On a même parlé d'elle sur Discovery Channel!

Des expositions d'interprétation au lieu historique national Cave and Basin relatent les récents efforts de recherche et de rétablissement. Une série de panneaux d'information et d'affiches tiennent les résidants, le personnel du parc et les visiteurs informés de la situation de la physe.

Collaboration avec les partenaires

Parcs Canada travaille en collaboration avec plusieurs partenaires pour sauvegarder et accroître les populations actuelles de physes et pour repeupler les sources thermales où elles vivaient autrefois. Ces partenaires sont entre autres :

  • le Service canadien de la faune d'Environnement Canada;
  • le Fonds mondial pour la nature (Canada);
  • les Amis du parc national Banff;
  • la Commission géologique du Canada;
  • l'Université de Calgary;
  • l'Université du Manitoba;
  • l'organisme Bow Valley Naturalists.

Comment puis-je aider?


Affiche sur les espèces en péril mettant en vedette la physe des fontaines de Banff Affiche mettant en vedette la physe des fontaines de Banff
© Gouvernement du Canada / Mark and Leslie Degner / 2001
  • Respectez l'habitat de la physe des fontaines de Banff lorsque vous visitez le parc national Banff. Signalez immédiatement aux autorités du parc tout acte de vandalisme ou toute perturbation involontaire pouvant porter atteinte à la physe des fontaines de Banff et à son habitat.
  • Respectez les heures d'ouverture de la source thermale Basin du lieu historique national Cave and Basin. Sachez qu'en cas d'infraction, vous risquez une amende pouvant atteindre 5 000 $.
  • N'oubliez pas que, tout comme la santé des populations de grizzlis témoigne de l'intégrité des écosystèmes des Rocheuses, celle des populations de physes témoigne également de l'intégrité des écosystèmes des sources thermales. Ce n'est qu'une question d'échelle!

Liens

Pour en apprendre davantage sur la physe des fontaines de Banff, consultez les sites Web suivants :