Parcs Canada travaille avec plus de 300 communautés autochtones partout au pays et considère les peuples autochtones comme des partenaires dans la gestion des lieux patrimoniaux relevant de l’Agence. Cette approche est en évolution constante en fonction des changements au cadre politique et juridique et des besoins et intérêts exprimés par les partenaires autochtones. En 2015, Parcs Canada a publié Des parcours à découvrir. Ce document a pour but de guider la collaboration avec les représentants autochtones. L’Agence a fait des efforts pour intégrer cet esprit de collaboration à ses fonctions, de façon à favoriser la réconciliation en entretenant des liens étroits avec les peuples autochtones.Note de bas de page *

Parcs Canada a élaboré et adopté les principes directeurs « PARCS » qui sont énoncés dans le document « Des parcours à découvrir ». Ces principes, qui ont pour but de promouvoir les relations avec les peuples autochtones, ont depuis été adaptés pour être utilisés comme outil d’évaluation par les membres du personnel de Parcs Canada, se substituant ainsi aux indicateurs nationaux sur les relations autochtones.Note de bas de page * Ils sont exprimés comme suit :

PARTENARIAT : Travailler en collaboration pour la planification, la gestion et l’exploitation des aires patrimoniales
  • Les partenaires autochtones sont amenés à participer à la gestion et à l’exploitation des lieux patrimoniaux dans tout le pays. La plupart des terres et des eaux relevant de la compétence de Parcs Canada sont gérés de manière collaborative, conformément aux traités ou autres accords avec les peuples autochtones, contribuant ainsi à ce que les collectivités locales maintiennent des liens toujours plus solides avec les terres et les eaux qu’elles occupent depuis fort longtemps.
  • Parcs Canada participe à une série d’initiatives gouvernementales concernant les affaires autochtones. En 2015, l’Agence a mis en place une unité de mise en œuvre des traités afin de soutenir l’approche globale du gouvernement en matière d’application des traités modernes.
ACCèS : Encourager l’accès aux terres et aux activités traditionnelles
  • En 2014, Parcs Canada a créé le Programme portes ouvertes à l’intention des peuples autochtones pour fournir la facilité d’accès aux membres de la communauté qui ont des liens traditionnels avec les lieux patrimoniaux relevant de l’Agence. Le programme favorise le rapprochement des peuples autochtones de ces lieux patrimoniaux en supprimant les droits d’entrée.
  • Parcs Canada invite souvent des partenaires autochtones à tenir des activités traditionnelles dans les lieux patrimoniaux. Par exemple, le pow-wow annuel tenu au lieu historique national Rocky Mountain House a remporté un grand succès en rassemblant des communautés autochtones des deux Amériques dans le cadre d’une célébration traditionnelle en compagnie d’autres visiteurs.
RESPECT : Forger des liens de respect mutuel, de confiance et de compréhension
  • Parcs Canada dépense 1,15 million de dollars par année sur un programme de réconciliation avec les Métis afin de favoriser le renouvellement des relations avec ceux-ci. Entre 2011 et 2016, plus de 55 projets ont été financés, la plupart d’entre eux dans l’Ouest et le Nord canadien, en donnant une voix aux Métis dans les lieux patrimoniaux administrés par l’Agence. Les projets se concentrent sur le renforcement des relations, la présentation des récits des Métis dans les lieux patrimoniaux nationaux, la recherche pour les activités d’interprétation, la formation et la sensibilisation aux réalités culturelles et le suivi des efforts de réconciliation de Parcs Canada.
  • Entre 2011 et 2016, vingt-trois lieux, personnes et événements autochtones d’importance historique ont été désignés, ce qui porte le total de désignations historiques autochtones à 264 dans le pays tout entier.
CONNAISSANCES : Honorer et intégrer le savoir traditionnel
  • Le document La Terre, source de savoir (2015) offre des conseils aux membres de l’équipe de Parcs Canada sur l’intégration des connaissances traditionnelles autochtones dans la gestion des lieux patrimoniaux.
  • En 2013, un guide national a été publié pour encourager l’inclusion de voix et de langues autochtones dans les lieux patrimoniaux relevant de Parcs Canada.
SOUTIEN : Soutenir les intérêts communautaires des partenaires autochtones
  • Parcs Canada cherche des occasions de négocier des accords commerciaux avec les partenaires autochtones. De 2011 à 2016, plus de 2400 contrats d’approvisionnement en biens et services ont été attribués à des entreprises gérées par des Autochtones ou associées à des communautés autochtones pour une valeur totale estimée à 21,9 millions de dollars.
  • La représentation des employés autochtones à Parcs Canada est constamment au-dessus de la proportion nationale sur le marché du travail.
  • Parcs Canada participe aux Cercles des présidents et des champions pour les personnes autochtones et continue à administrer le programme de développement du leadership pour les autochtones visant à développer les compétences et le leadership au sein de son personnel autochtone.

Parcs Canada se fait une fierté des collaborations fructueuses et de l’évolution de son approche de collaboration avec des partenaires autochtones au cours des cinq dernières années. En voici quelques exemples :

Une célébration rassembleuse : Le 15 août 2013, plus de 400 personnes ont participé à la levée du mat totémique commémoratif Gwaii Haanas dans le site éloigné de Hlk’yah GaawGa (baie Windy) sur l’île Lyell, en Colombie-Britannique. Les représentations sur le mât s’inspirent des liens unissant la terre, la mer et les gens, ainsi que de ceux qui existent entre la nation haïda et toutes les personnes qui veillent sur Gwaii Haanas des sommets aux fonds marins.

Le savoir traditionnel inuit mis en pratique : Des années de travail acharné et une collaboration entre divers ordres de gouvernement et des partenaires non gouvernementaux, y compris le chercheur inuit Louie Kamookak de Gjoa Haven, ont donné des résultats tangibles en 2014 lorsque l’épave du HMS Erebus a été retrouvée près de l’île King William, au Nunavut. Les récits inuits qui avaient été transmis oralement pendant près de 170 ans, combinés à la technologie moderne, se sont avérés essentiels à la découverte de l’épave « Ugjulik » (Ook-joo-lik)—le HMS Erebus—qui faisait partie de l’expédition de Franklin.

Soutien au tourisme régional : Au fil des ans, les membres du personnel du parc national Terra Nova à Terre-Neuve ont travaillé avec la première nation Miawpukek (PNM) dans le cadre de plusieurs initiatives visant à développer et à promouvoir les offres touristiques dans la région. Pour soutenir ce travail, Parcs Canada et la PNM ont organisé conjointement une formation sur la qualité de l’expérience du visiteur pour le personnel des deux organisations dans le but d’apprendre à mieux se connaître l’une l’autre et de présenter leurs programmes de façon cohérente.

Mise au point d’une expérience distinctive : Au parc national des Monts-Torngat, un camp de base a été établi pour améliorer l’accès et l’expérience du visiteur, tout en offrant des possibilités de développement économique et une présence inuite accrue dans le parc. Exploité par le groupe d’entreprises Nunatsiavut (sous le gouvernement du Nunatsiavut), le camp de base génère des revenus et de l’emploi pour les communautés inuites locales en plus de rehausser la qualité de l’offre aux visiteurs du parc.

Principaux enjeux et perspectives d’avenir

En tant qu’organisme responsable des terres, des eaux et des programmes du patrimoine relevant de l’administration fédérale, l’Agence Parcs Canada est bien placée pour faciliter la réconciliation et une relation renouvelée de nation à nation avec les peuples autochtones sur la base de la reconnaissance des droits, du respect, de la coopération et du partenariat. Dans son rapport sur les plans et les priorités de 2016-2017, l’Agence a souligné le risque qu’elle ne dispose pas des compétences ou des stratégies pour susciter la participation efficace de toutes les personnes concernées dans ses efforts pour renforcer les relations avec les peuples autochtones dans le contexte de la réconciliation.

Parcs Canada poursuivra sur la lancée de ses succès passés pour contribuer à l’approche globale du gouvernement en matière de réconciliation en se concentrant sur ces trois priorités :

  • Intensifier la présence autochtone sur les terres et les eaux traditionnelles d’une manière qui respecte les droits ancestraux et ceux issus de traités dans tous les lieux patrimoniaux.
  • Accorder une place plus importante à la présentation et la commémoration des récits et cultures autochtones dans les lieux et les programmes patrimoniaux de Parcs Canada.
  • Accroître les possibilités de développement économique liées au tourisme autochtone dans les lieux patrimoniaux et assurer une plus grande visibilité des produits touristiques autochtones dans l’ensemble du réseau de lieux patrimoniaux.