Des falaises en arrière plan et falaises et une plage rocheuse en avant plan. Falaises fossilifères de Joggins
© Joggins Fossil Institute

Les falaises fossilifères de Joggins, Nouvelle-Écosse

Deux visiteurs marchent sur la plage rocheuse devant une falaise. Voyage dans le temps aux falaises fossilifères de Joggins
© Joggins Fossil Institute
De nombreux visiteurs sur une plage rocheuse devant une falaise. Interprétation à marée basse aux falaises fossilifères de Joggins
© Joggins Fossil Institute

Date d’inscription : 2008

Justification de la valeur universelle exceptionnelle

Les falaises fossilifères de Joggins à Nouvelle-Écosse a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial par le Comité du patrimoine mondial, pour la raison ci-dessous :

Critère (viii) : Histoire de la Terre, éléments et processus géologiques et géomorphiques : Le « grandiose affleurement » de roches des falaises fossilifères de Joggins contient le registre fossile connu le meilleur et le plus complet de la vie terrestre à l’ « âge du charbon » iconique : la période pennsylvanienne (ou Carbonifère) de l’histoire de la Terre. Le site témoigne des premiers reptiles de l’histoire de la Terre qui sont les représentants les plus anciens des amniotes, un groupe d’animaux comprenant les reptiles, les dinosaures, les oiseaux et les mammifères. Des arbres fossilisés sont préservés sur pied dans une série de niveaux des falaises en compagnie de fossiles d’animaux, de plantes et de traces fournissant le contexte environnemental et permettant une reconstruction complète des vastes forêts qui dominaient ces terres à l’époque, et qui sont aujourd’hui la source de la majeure partie des gisements de charbon du monde. Le bien a joué un rôle vital dans le développement des principes fondamentaux de la géologie et de l’évolution, notamment à travers les travaux de Sir Charles Lyell et de Charles Darwin, ce qui explique que le site soit connu sous le nom de « Galápagos du Carbonifère ».

Description

Il y a environ 300 millions d’années, l’actuelle rive est de la baie Chignectou, au nord de la baie de Fundy, était une forêt tropicale humide située près de l’équateur. Connues sous le nom de « Galápagos de l’âge du charbon », les falaises fossilifères de Joggins offrent un exemple remarquable de l’évolution de la vie sur Terre durant la période pennsylvanienne (l’« âge du charbon »).

Les falaises fossilifères de Joggins constituent les archives les plus complètes au monde de la vie terrestre durant la période pennsylvanienne de l’histoire de la Terre, appelée « âge du charbon ». Le site renferme les plus importants vestiges au monde des deux éléments caractéristiques de l’« âge du charbon » : les tétrapodes terrestres, notamment les premiers reptiles et les premiers amniotes, et les « forêts humides carbonifères » qui leur servaient d’habitat. L’apparition des amniotes, les premiers vertébrés à acquérir la capacité de se reproduire hors de l’eau, a été l’un des évènements les plus marquants de l’histoire de la vie sur Terre. Ce sont les traces de cette étape cruciale de l’évolution qui ont été préservées dans les fossiles de Joggins. Ces falaises, qui sont constamment rongées par les plus hautes marées du monde, et les fossiles d’environ 200 espèces d’animaux et de plantes trouvés sur le site constituent depuis longtemps des témoins essentiels nous permettant d’approfondir notre compréhension de l’évolution de la vie et de l’histoire de la Terre.

De riches gisements de charbon attirent les mineurs à Joggins depuis le XVIIe siècle. Par ailleurs, des géologues étudient le site depuis plus de 150 ans, et les découvertes qu’ils y ont faites ont contribué à façonner notre compréhension de l’évolution et de la géologie. En effet, sir Charles Lyell, considéré comme le père de la géologie moderne, a exploré les falaises de Joggins en 1842 et en 1852 en compagnie de sir William Dawson, né en Nouvelle-Écosse et devenu plus tard le recteur de l’Université McGill. Grâce à eux, le site de Joggins est mentionné dans l’ouvrage De l’origine des espèces de Darwin. Abraham Gesner, également né en Nouvelle-Écosse et inventeur de l’huile de charbon (ou kérosène), et sir William Logan, fondateur de la Commission géologique du Canada, ont aussi étudié les falaises de Joggins.

De nos jours, le Joggins Fossil Centre est situé sur le site de l’ancienne mine numéro sept de Joggins. Il présente la plus remarquable collection de spécimens carbonifères fossilisés du monde et explique l’incidence qu’ils ont eu sur notre conception de l’histoire de la Terre et de l’évolution. Les falaises de Joggins sont accessibles au public, et des visites guidées du site sont également offertes.

Plus d'information

Falaises fossilifères de Joggins

Falaises fossilifères de Joggins (en anglais seulement)

Centre du patrimoine mondial :

Patrimoine mondial - Falaises fossilifères de Joggins