Liste indicative des sites du patrimoine mondial au Canada

Récifs d’éponges siliceuses des détroits d’Hecate et de la Reine Charlotte, Colombie-Britannique

Des récifs d’éponges siliceuses de cette taille n’existent nulle part ailleurs dans le monde. Il s’agit d’un écosystème d’une valeur exceptionnelle sur le plan géologique, paléontologique et biologique. Ces récifs anciens d’éponges fossilisées ont été découverts en 1987 au large des côtes de la Colombie-Britannique, alors qu’on les croyait disparus depuis quelque 40 millions d’années. Ils s’étendent sur 1 000 km2 et atteignent 25 m de profendeur, et fournissent aux scientifiques une fenêtre unique pour l’étude des écosystèmes préhistoriques. Les récifs sont un habitat d’eau profonde important. Les structures complexes dont ils sont formés offrent un refuge à de nombreuses espèces à des centaines de mètres sous la surface océanique, et assurent la subsistance de communautés entières d’organismes marins, des crevettes tachetées aux requins. En 2017, le gouvernement du Canada a désigné cet endroit zone de protection marine afin de protéger les récifs d’éponges siliceuses du détroit d’Hecate et du bassin de la Reine Charlotte.

Les critères de sélection de sites du patrimoine mondial qui soutiennent le mieux cette candidature sont les suivants :

  • (viii) Les récifs offrent un aperçu unique de la vie marine durant les périodes du Jurassique et du Crétacé.
  • (ix) Les récifs jouent un rôle déterminant dans la formation et l’évolution des écosystèmes marins.
  • (x) Les récifs d’éponges siliceuses créent une oasis de vie sur un fond marin qui serait autrement désert, dans les profondeurs du Pacifique. Leur structure complexe offre un abri à de nombreuses espèces.