Tallurutiup Imanga, ou le détroit de Lancaster, est situé dans la région du nord-est du Nunavut. C’est un paysage marin naturel et culturel qui représente l’une des aires écologiques les plus importantes au monde. C’est un habitat essentiel pour des espèces telles que l’ours polaire, la baleine boréale, le narval et le béluga. Pour les Inuits vivant dans cette région– connue sous les appellations de Tallurutiup Tariunga et Tallurutiup Imanga–c’est une région riche sur le plan culturel et faunique.

Tallurutiup Imanga n’est pas encore une aire marine nationale de conservation (AMNC). Le Canada, le Nunavut et la Qikiqtani Inuit Association ont annoncé une entente sur les limites proposées d’une aire marine nationale de conservation. Ensemble, l’AMNC proposée dans la région de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster, le parc national Sirmilik, le Refuge d’oiseaux migrateurs de l’île Prince Leopold et la Réserve nationale de faune de Nirjutiqavvik totaliseront une surface de plus de 131 000 km carrés, soit plus de deux fois la taille de la plus grande aire protégée du Canada (le Refuge d’oiseaux migrateurs du golfe de la Reine-Maud). Les aires protégées s’étendront du sommet le plus haut des glaciers de Sirmilik jusqu’aux eaux les plus profondes de l’océan dans la région de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster.

Proposition pour les limites d’une AMNC dans Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster


La protection de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster
Bras de mer arctique avec montagnes en arrière-plan
© Francine Mercier

Dans le cadre des consultations, les cinq communautés ont exprimé un soutien important à l’égard de la protection de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster. Un projet d’une aire marine nationale de conservation dans le détroit de Lancaster peut offrir un certain nombre d’avantages écologiques et sociaux, y compris de :

  • préserver la richesse de la biodiversité et maintenir les processus écologiques et les systèmes indispensables à la vie de l’écosystème marin du détroit de Lancaster au bénéfice des espèces marines, des Nunavummiut et des Canadiens
  • établir une relation de collaboration entre le Canada et les Inuits qui guiderait les activités actuelles et futures dans le détroit de Lancaster afin d’assurer la viabilité écologique et culturelle de la région pour les générations futures
  • protéger et conserver les espèces en péril et leurs habitats
  • protéger le mode de vie des Inuits et leurs traditions grâce à la protection du milieu marin et des sources alimentaires de la faune marine
  • permettre à toutes les activités de l’AMNC, y compris les activités de pêche et de transport maritime, d’être gérées dans la perspective holistique de l’écologie
  • protéger les ressources historiques, telles que les épaves et les sites archéologiques
  • offrir aux visiteurs la possibilité de connaître et d’apprécier cet environnement
  • encourager la recherche et la surveillance écologique
  • fournir un niveau de résilience à l’écosystème marin fragile de l’Arctique qui fait face au changement climatique
  • favoriser les possibilités économiques écologiquement viables dans la région

L’AMNC proposée à Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster fait plus que doubler la superficie des eaux maritimes protégées du Canada et contribue à environ 1.9 pour cent, pour le moment, à l’engagement du gouvernement du Canada de protéger cinq pour cent des aires maritimes du Canada d’ici 2017. Cette contribution ne sera formalisée qu'à la conclusion d'une Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits.