Lieu historique national du Canada de Frenchman Butte

Frenchman Butte, Saskatchewan
Vue de la plaque (© Parks Canada/Parcs Canada 1998)
Vue de la plaque
(© Parks Canada/Parcs Canada 1998)
Adresse : Frenchman Butte, Saskatchewan

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 17/5/1929
Dates :
  • 1885 à 1885 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Battaille du Frenchman Butte  (Événement)
  • Rébellion/Résistance du Nord-Ouest  (Événement)
  • Le 'massacre' de Frog Lake  (Événement)
  • Wandering Spirit  (Personne)
  • Major-général T.B. Strange  (Personne)
  • Cris des Bois  (Organisation)
  • Force de campagne de l'Alberta  (Organisation)
Autre nom(s):
  • Frenchman Butte  (Nom de la désignation)
  • LA BATAILLE DE LA BUTTE-AUX-FRANÇAIS  (Nom de la plaque)
Numéro du rapport de recherche : 1966-030

Plaques


Plaque existante: Frenchman Butte, Saskatchewan

Un des derniers combats de la Rébellion du Nord-Ouest fut livré ici le 28 mai 1885. Les forces du gouvernement canadien, commandées par le général Thomas B. Strange, avaient rattrapé un groupe important de Cris dirigé par Wandering Spirit et Big Bear, qui détenait des otages métis et blancs. Une fusillade s'ensuivit entre les Cris, retranchés dans des fosses creusées dans la butte, et les hommes de Strange, qui disposaient de canons. Après avoir subi des pertes légères, les deux parties se retirèrent, la troupe de Strange attendant des renforts tandis que les Cris s'éloignaient avec leurs otages.

Après avoir pillé le fort Pitt, plusieurs centaines de Cris menés par Big Bear se retranchèrent ici vers la fin de mai 1885. Ils furent poursuivis par le major-général T.B. Strange, commandant de l’Alberta Field Force, comprenant 300 hommes, dont des unités de l’infanterie légère de Winnipeg, du 65e Voltigeurs (Montréal), de l’Alberta Mounted Rifles, des éclaireurs de Steele et de la police à cheval du Nord-Ouest. Après un combat acharné, le 28 mai 1885, les troupes se replièrent et les Indiens se retirèrent par la suite vers le nord.

Inscription approuvé: Saskatchewan

En 1885, les tensions entre le gouvernement canadien, les Métis et les Premières nations au sujet des terres et des traités dégénérèrent en batailles longtemps connues comme la Rébellion du Nord-Ouest. Le 28 mai, les guerriers cris commandés par Wandering Spirit affrontèrent les troupes du général Strange lors d'une des dernières luttes armées du conflit. Les deux camps se replièrent après des heures de combat, les forces de Strange pour attendre du renfort et les Cris, en vue de fuir au nord, à Loon Lake. Pour les Cris et autres Premières nations des Prairies, 1885 marqua l'un des tournants dans le dur passage à la vie en réserve.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada de Frenchman Butte est un site de 7.2 hectares (18 acres) situé le long du ruisseau Little Red Deer à l’ouest de la Saskatchewan. Le site marque l’endroit où les Cris des bois et la Force de campagne de l’Alberta se sont affrontés le 28 mai 1885, durant la Rébellion du Nord-Ouest. Les fosses des guerriers, de la Force de campagne et des civils sont visibles le long des contours du paysage vallonné. La désignation officielle fait référence au paysage et aux traces évidentes de la bataille.

Valeur patrimoniale

Frenchman Butte a été désigné lieu historique national du Canada en 1929 pour commémorer : le combat qui a eu lieu en mai 1885 entre les Cris dirigés par Wandering Spirit retranchés en position de défense et les troupes canadiennes commandées par le général T.B. Strange; l’action de la colonne du général Strange pendant la rébellion / résistance du Nord-Ouest; le lien entre Frenchman Butte et la rébellion / résistance du Nord-Ouest.

En 1885, les tensions entre le gouvernement canadien, les Métis et les Premières nations au sujet des terres et des traités dégénérèrent en batailles qui seront longtemps associées à la Rébellion du Nord-Ouest. Le 28 mai, les guerriers cris commandés par Wandering Spirit affrontèrent les troupes du général Strange lors de l'une des dernières luttes armées du conflit. Les deux camps se replièrent après des heures de combat, les forces de Strange étaient en attente de renforcement et les Cris, projetaient de fuir au nord, à Loon Lake. Pour les Cris et autres Premières nations des Prairies, 1885 marqua l'un des points tournants dans le dur passage à la vie en réserve.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, mars 1995; Énoncé d’intégrité commémorative, mars 1999; texte de plaque, décembre 2008.

Éléments caractéristiques

Parmi les éléments clés contribuant à la valeur patrimoniale du lieu, notons : son emplacement le long du ruisseau Little Red Deer à l’ouest de la Saskatchewan; la topographie et la végétation associées à la bataille, notamment la vallée de Little Red Deer Creek, la crête voisine et la couverture végétale naturelle; les trous des guerriers construits en galets sans boisage; les empreintes et les façades des trous des guerriers et des civils, leur disposition et leurs dimensions relatives les uns par rapport aux autres et en fonction de leur environnement immédiat, et leur emplacement le long de la coulée protégée par une butte; les empreintes irrégulières, les faibles élévations et la construction rudimentaire des trous des guerriers de la Force de campagne; la disposition et les dimensions relatives des trous, les uns par rapport aux autres, et en fonction de leur environnement immédiat, et leur emplacement tout autour de la crête d’une colline; l’intégrité des objets historiques d’origine ou ceux non identifiés et associés avec la bataille qui pourraient se trouver sur le lieu dans leur emplacement d’origine, incluant les vestiges des trous des guerriers et le sentier Fort Pitt /lac Green; les perspectives visuelles de la bataille, comme celles qu’offrent les trous des guerriers sur la crête de l’autre côté de la vallée de Red Deer Creek, celles que l’on a, depuis les trous des guerriers, sur la vallée de Little Red Deer Creek et le sentier qui la traverse, celles vers le nord, en direction des trous d’évacuation situés à six kilomètres du champ de bataille et celles que l’on a entre les trous des guerriers et des civils.