Maison Elias Gavey

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Parc national du Canada Forillon, Québec
Side view of house and le mur pignon de l'est de la Elias Gavey, maison en 2000. (© (Photo : Parcs Canada/Antoine L'Italien-Savard).)
Vue de coin
(© (Photo : Parcs Canada/Antoine L'Italien-Savard).)
Adresse : Grande-Grave, Parc national du Canada Forillon, Québec

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 2001-11-01
Dates :
  • 1889 à 1890 (Construction)

Ministère gardien Parcs Canada
Référence du rapport BEEFP 01-066
Numero RBIF : 05132 00

Description du lieu patrimonial

La Elias Gavey, Maison est un bâtiment symétrique et équilibré, rectangulaire, d’un étage et demi avec parement à clin peint en blanc, moulures extérieures de couleur, toit à deux versants avec lucarne-pignon au-dessus de l’entrée principale, larmiers cintrés et fondation en pierre. Le bâtiment présente aussi une galerie non couverte, qui court sur toute la longueur de la façade sud, et une cuisine d’été, à l’arrière de la maison, avec un tambour d’entrée avancé et fermé. La Elias Gavey, Maison fait partie d’un ensemble de bâtiments, comprenant une grange et une remise, situés dans la partie supérieure d’une colline abrupte face à la baie de Gaspé, à Grande-Grave, à l’intérieur du parc national Forillon. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

La Elias Gavey, Maison a été désignée édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance architecturale et environnementale.

Valeur historique
La Elias Gavey, Maison renvoie au thème de la pêche morutière dans le golfe Saint-Laurent, activité principale et moteur économique de la Gaspésie pendant plusieurs siècles. Elle fut habitée par l’une des plus anciennes familles de Grande-Grave, les Gavey, dont certains membres furent employés de la compagnie Fruing et commis de la William Hyman & Sons. À ce titre, cet édifice rappelle le rôle central des marchands-exportateurs de morue dans le peuplement de la région et les dynamiques sociales et économiques qui façonnèrent les établissements de pêche gaspésiens tel que celui-ci.

Valeur architecturale
La Elias Gavey, Maison est un bel exemple de forme vernaculaire particulièrement courante à Gaspé, où l’architecture des résidences québécoises a subi l’influence des maisons de conception néo-classique de la Nouvelle-Angleterre. Le style distinctif du bâtiment illustre la conservation d’une tradition de l’architecture résidentielle se situant entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe siècle ; c’est un type de maisons que l’on retrouve couramment à Grande-Grave. On peut trouver beaucoup d’éléments caractéristiques de ce style tant dans la disposition intérieure que dans les façades de la Elias-Gavey, Maison. Bien qu’elle soit de construction classique, cette maison bien préservée possède des ornements extérieurs parmi les plus élaborés à Grande-Grave et des boiseries intérieures remarquables, qui ensemble démontrent une mise en œuvre de haut niveau.

Valeur environnementale
Par son implantation bien adaptée à la topographie du site et sa parenté visuelle avec les autres bâtiments de Grande-Grave, il en renforce le caractère actuel, évocateur de l’établissement d’autrefois et s’intègre harmonieusement au paysage marin de Forillon. L’ensemble Elias-Gavey s’inscrit dans un étalement de bâtiments à différents niveaux de la côte, caractéristique du paysage culturel du littoral sud de la Péninsule de Forillon. Point d’intérêt bien en vue du secteur, elle offre un témoignage important de la présence d’un établissement de pêche traditionnel de la côte gaspésienne.

Sources :
Roch Samson, Christine Chartré, Michel Bédard, Paul Trépanier, Yvan Fortier, Les habitations et
dépendances de Grande-Grave, parc national du Canada Forillon. Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine, rapport de recherche 01-66; Maison Elias-Gavey, parc national du Canada Forillon, Québec. Énoncé de la valeur patrimoniale 01-66c.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la Elias Gavey, Maison devraient être respectés. les traits propres à ce modèle typé d’architecture domestique, tels que le carré de bâtiment élevé du sol sur un socle en pierre s’inscrivant dans la topographie du site, la composition symétrique et équilibrée des élévations, la forme du toit rompu par une lucarne pignon, la galerie non-couverte courant le long de la façade sud, par exemple; les composantes qui permettent d’illustrer les modes et techniques de construction propres à cette tradition néoclassique vernaculaire. Ceux-ci comprennent notamment l’utilisation du bois dans sa construction, le revêtement de clin peint en blanc, les composantes extérieures de couleur contrastante et les éléments décoratifs intérieurs, dont certains, tels le poteau de départ de l’escalier, la chambranle de la trémie de chauffage et les pièces de mobilier intégré, sont particulièrement remarquables; le profil du toit avec ses égouts retroussés, caractéristique typique de l’architecture vernaculaire québécoise du XIXe siècle qui connut une certaine popularité en Gaspésie; le plan représentatif des maisons néoclassiques, où, sur chacun des deux niveaux, quatre pièces sont distribuées autour d’un hall central; la cuisine d’été en annexe à l’arrière de la maison et sa sortie de tambour en prolongement, une disposition fréquente des appentis sur les maisons de Grande-Grave; la grande parenté de style, de gabarit et de matériaux qui procure à l’ensemble architectural de Grande-Grave toute son harmonie; le lien visuel et relationnel qui relie la maison à ses dépendances et au site qui lui est historiquement associé. Son implantation au milieu de champs et pâturages témoigne par exemple de l’activité mixte des pêcheurs-agriculteurs; la position de la maison dans le relief de la côte et son rapport à l’établissement étalé de Grande-Grave.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Raisons de la désignation

La maison Elias-Gavey a été désignée 'édifice reconnu', principalement en raison de son importance architecturale et environnementale.

Valeur historique
La maison Elias-Gavey renvoie au thème de la pêche morutière dans le golfe Saint-Laurent, activité principale et moteur économique de la Gaspésie pendant plusieurs siècles. Elle fut habitée par l'une des plus anciennes familles de Grande-Grave, les Gavey, dont certains membres furent employés de la compagnie Fruing et commis de la William Hyman & Sons. À ce titre, cet édifice rappelle le rôle central des marchands-exportateurs de morue dans le peuplement de la région et les dynamiques sociales et économiques qui façonnèrent les établissements de pêche gaspésiens tel que celui-ci.

Valeur architecturale
Cette maison en bois d'un étage et demi, avec son toit à deux versants et sa façade percée de trois ouvertures dont un portail monumental surmonté d'une lucarne-pignon, présente un bon exemple d'un modèle vernaculaire particulièrement typé et courant en Gaspésie, où se lit l'influence la maison néoclassique de la Nouvelle-Angleterre sur l'architecture domestique québécoise. Reprise dans plusieurs des maisons de Grande-Grave, cette typologie bien reconnaissable illustre le maintien des traditions dans l'architecture domestique, entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle. Un bon nombre de ses traits caractéristiques se retrouve dans la maison Elias-Gavey, en plan aussi bien qu'en élévation. Bien que d'une structure conventionnelle, l'ensemble bien conservé, ses ornements extérieurs parmi les plus élaborés de Grande-Grave et les composantes menuisées parfois remarquables de son décor intérieur, attestent de la haute qualité de son exécution.

Valeur environnementale
L'ensemble Elias-Gavey s'inscrit dans un étalement de bâtiments à différents niveaux de la côte, caractéristique du paysage culturel du littoral sud de la Péninsule de Forillon. Par son implantation bien adaptée à la topographie du site et sa parenté visuelle avec les autres bâtiments de Grande-Grave, il en renforce le caractère actuel, évocateur de l'établissement d'autrefois et s'intègre harmonieusement au paysage marin de Forillon. Malgré une végétation environnante en friche et la disparition d'un environnement bâti autrefois plus dense, la maison conserve un rapport relativement intact avec son cadre paysager. Point d'intérêt bien en vue du secteur, elle offre un témoignage important de la présence d'un établissement de pêche traditionnel de la côte gaspésienne.

Éléments caractéristiques à préserver

-Les traits propres à ce modèle typé d'architecture domestique, tels que le carré de bâtiment élevé du sol sur un socle en pierre s'inscrivant dans la topographie du site, la composition symétrique et équilibrée des élévations, la forme du toit rompu par une lucarne pignon, la galerie non-couverte courant le long de la façade sud, par exemple.
-Les composantes qui permettent d'illustrer les modes et techniques de construction propres à cette tradition néoclassique vernaculaire. Ceux-ci comprennent notamment l'utilisation du bois dans sa construction, le revêtement de clin peint en blanc, les composantes extérieures de couleur contrastante et les éléments décoratifs intérieurs, dont certains, tels le poteau de départ de l'escalier, la chambranle de la trémie de chauffage et les pièces de mobilier intégré, sont particulièrement remarquables.
-Le profil du toit avec ses égouts retroussés, caractéristique typique de l'architecture vernaculaire québécoise du XIXe siècle qui connut une certaine popularité en Gaspésie.
-Le plan représentatif des maisons néoclassiques, où, sur chacun des deux niveaux, quatre pièces sont distribuées autour d'un hall central.
-La cuisine d'été en annexe à l'arrière de la maison et sa sortie de tambour en prolongement, une disposition fréquente des appentis sur les maisons de Grande-Grave.
-La grande parenté de style, de gabarit et de matériaux qui procure à l'ensemble architectural de Grande-Grave toute son harmonie.
-Le lien visuel et relationnel qui relie la maison à ses dépendances et au site qui lui est historiquement associé. Son implantation au milieu de champs et pâturages témoigne par exemple de l'activité mixte des pêcheurs-agriculteurs.
-La position de la maison dans le relief de la côte et son rapport à l'établissement étalé de Grande-Grave.