Lieu historique national du Canada Fort-Howe

Saint John, Nouveau-Brunswick
Vue générale du fort Howe, marqué par une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada à l’extrémité ouest du parc, 2003. (© Parks Canada Agency/ Agence Parks Canada, 2003.)
Vue générale
(© Parks Canada Agency/ Agence Parks Canada, 2003.)
Adresse : Saint John, Nouveau-Brunswick

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 25/5/1966
Dates :
  • 1777 à 1777 (Construction)
  • 1777 à 1812 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Major Gilred Studholme  (Personne)
  • Royal Fencible Americans  (Organisation)
Autre nom(s):
  • Fort Howe  (Nom de la désignation)
Numéro du rapport de recherche : 1966-018, 2009-CED-SDC-009

Plaques


Plaque existante: Saint John, Nouveau-Brunswick

A la fin de 1777, le major Gilfred Studholme fortifia à la hâte cette colline qui domine l'embouchure de la rivière Saint-Jean. Jusqu'à la fin de la guerre de l'Indépendance américaine, le fort Howe protégea la colonie voisine des attaques menées par des corsaires américains ou par un groupe de colons mécontents. Les Indiens de la région constituaient aussi une menace, mais on signa un traité avec eux, ici même, en 1778. Négligé âpres 1783 le fort fut une fois de plus utilisé pendant la Guerre de 1812. En 1821, la garnison fut retirée mais l'endroit demeura une réserve militaire jusqu'en 1914.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada Fort-Howe est situé à l’intérieur d’un parc enclavé dans la ville de Saint John, au Nouveau Brunswick. Le fort, dont il ne reste pas des vestiges visibles, est situé à un endroit stratégique, sur un affleurement de calcaire, au sommet d’une colline qui surplombe la rivière Saint Jean. Une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada est installée à l’extrémité ouest du parc. Le site a été épargné par le développement urbain qu’a connu le secteur avoisinant. La reconnaissance officielle s’applique au tracé du fort.

Valeur patrimoniale

Le fort Howe a été désigné lieu historique national du Canada en 1966 pour la raison suivante : le fort Howe défend la colonie située à l’embouchure de la rivière à partir de la fin de 1777, notamment durant la guerre de l’Indépendance américaine et la guerre de 1812.

En réponse aux demandes répétées des habitants de la région de l’embouchure de la rivière Saint Jean qui désiraient que leur petite colonie soit protégée contre les attaques des corsaires américains, les Britanniques construisent le fort Howe en 1777. Édifié sur un imposant rocher offrant une vue incomparable sur le port et la rivière, le fort Howe et sa garnison protègera les colonies environnantes jusqu’à la fin de la guerre de 1812. À l’origine, le fort était occupé par un détachement des « Royal Fencible Americans » sous le commandement du major Gilfred Studholme. Il se composait d’un blockhaus et d’une caserne entourée d’une palissade à l’extrémité ouest de la colline et d’un autre blockhaus à l’extrémité est de celle-ci. Après la fondation de Parrtown, rebaptisé Saint John en 1783, le fort a abrité le quartier général de l’armée ainsi que la première prison civile de la nouvelle ville. En 1819, un incendie détruit la caserne d’origine et le fort tombe en ruine. En 1870, il ne restait plus rien des fortifications d’origine.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbaux, 1954, 1966, 2009.

Éléments caractéristiques

Voici les principaux éléments qui contribuent à la valeur patrimoniale du lieu : sa situation, sur un affleurement de calcaire au sommet d’une colline surplombant la rivière Saint Jean, offre une vue exceptionnelle sur les voies navigables environnantes; son emplacement dans un parc urbain, que le développement a grandement épargné et où se trouve la plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada; l'emplacement, la superficie et les matériaux qui caractérisent les vestiges et les artefacts archéologiques visibles et enfouis, signes de la présence du fort d’origine; les perspectives qu’offre le site sur le port de Saint John et l’embouchure de la rivière Saint Jean.