Parcs Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Lieux historiques nationaux dans les parcs nationaux des montagnes

Lieu historique national du Canada du Col-Yellowhead

Carte interactif des lieux historiques national dans les environs des parcs nationaux des montagnes
Carte interactif des lieux historiques national dans les environs des parcs nationaux des montagnes
© Parcs Canada

Col-Yellowhead Col-Yellowhead
© Parcs Canada

Depuis le milieu des années 1820, le col Yellowhead est un important corridor de transport qui permet de franchir les Rocheuses. Pour reconnaître l’important rôle qu’il a joué dans la traite des fourrures, le transport ferroviaire et routier ainsi que le développement du tourisme à ses premières heures, le gouvernement du Canada en a fait un lieu historique national en 1971.

Emplacement

Situé aux confins de la ville de Jasper, le lieu historique est délimité à l’est par l’intersection de la route 93 et de la route 16. La limite suit le corridor de l’actuelle route 16 et de la voie ferrée du Canadien National, traverse le parc national Jasper et pénètre dans le parc provincial du Mont-Robson, en Colombie-Britannique, jusqu’au fleuve Fraser. Le caractère imposant de ce col laisse entrevoir les efforts que les premiers commerçants de fourrures durent déployer pour le franchir.

Plaque du Col-Yellowhead
Plaque du Col-Yellowhead
© Parcs Canada

Routes de commerce

Par suite de la fusion de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de la Compagnie du Nord Ouest en 1821, le col Athabasca et, plus tard, le col Yellowhead devinrent les principaux corridors de transport à travers les Rocheuses. En 1824, le col Yellowhead (1 133 m d’altitude) gagna en popularité comme route de commerce jusqu’au bassin hydrographique du Fraser et au secteur appelé Nouvelle-Calédonie.

Tête Jaune

Pierre Bostonais, trappeur iroquois-métis surnommé Tête Jaune pour sa chevelure pâle, dirigea la mission d’arpentage de James Macmillan, du Canadien Pacifique, sur le col Yellowhead en 1825. Il s’agissait de l’une des premières expéditions à travers le col. Tout porte à croire que l’endroit fut baptisé en souvenir de Bostonais (le terme anglais Yellowhead signifie tête jaune), qui fut tué par un groupe autochtone rival en 1828. Le col Yellowhead porta aussi le nom de col du Cuir ou piste du Cuir, parce qu’il servait de route pour le transport de peaux d’orignal corroyées en Nouvelle-Calédonie, où ce matériau précieux était rare.

Col Yellowhead

La découverte de ce col, que les Autochtones empruntaient depuis des siècles en raison de sa faible élévation (1 133 m d’altitude), donna à la Compagnie de la Baie d’Hudson un autre moyen d’accès au riche territoire de chasse du haut Fraser et de la Nouvelle Calédonie. Utilisé du milieu des années 1820 jusqu’au début des années 1850, le col Yellowhead fut abandonné lorsque la Compagnie de la Baie d’Hudson recourut à des vapeurs le long des côtes pour accéder à ce qui est maintenant le Nord de la Colombie Britannique.

Sir Sanford Fleming

En 1858, Sanford Fleming, arpenteur de la société ferroviaire Grand Trunk Railway, proposa la construction d’un chemin de fer transcontinental pour relier l’Amérique du Nord britannique. Peu de temps après, le gouvernement britannique s’engagea à faire construire une voie ferrée entre les provinces Maritimes et le Québec. Fleming fut nommé ingénieur responsable des travaux d’arpentage. En 1872, le tout nouveau gouvernement canadien entreprit de relier le chemin de fer à l’océan Pacifique, dans le cadre d’un programme national destiné à unifier le pays. Fleming poursuivit l’arpentage du tracé et choisit le col Yellowhead comme corridor possible à travers les Rocheuses, en raison de sa faible altitude et de ses versants peu escarpés. Le passage fut débroussaillé pour permettre l’aménagement de la voie ferrée. Les travaux préliminaires nécessitèrent l’embauche de plus de 800 hommes.

Décisions politiques

Le dossier du chemin de fer plongea le premier ministre John A. Macdonald dans un scandale. Son successeur, Alexander Mackenzie, se montra plus prudent et ralentit le rythme du développement. En 1878, Macdonald fut reporté au pouvoir et retourna à ses plans de construction ambitieux. Trois ans plus tard, les recommandations de Fleming furent écartées, et le col Kicking Horse, situé au sud du col Yellowhead, fut l’axe choisi pour la construction du chemin de fer. Les travaux coûteux qui avaient été accomplis pour l’aménagement du tracé jusqu’au col Yellowhead furent abandonnés au profit de ce nouveau passage, situé plus près des États Unis et de terres agricoles fertiles.

La cour de triage du Chemin de fer Canadien du Nord à Lucerne, C.-B., vers 1917
La cour de triage du Chemin de fer Canadien du Nord à Lucerne, C.-B., vers 1917
© Parcs Canada

Une force unificatrice

L’idée de faire passer le chemin de fer par le col Yellowhead ne refit surface qu’au début du XXe siècle, lorsque le Grand Trunk Pacific et le Canadian Northern y aménagèrent tous deux leur voie ferrée. Construits entre 1906 et 1915, ces chemins de fer vinrent consolider le réseau ferroviaire du Canada, renforcer les liens nationaux, stimuler l’économie et ouvrir les deux côtes du Canada aux réseaux mondiaux de commerce et de communications.

La cour de triage du Chemin de fer Canadien du Nord à Lucerne, C.-B., vers 1917
La cour de triage du Chemin de fer Canadien du Nord à Lucerne, C.-B., vers 1917
© Parcs Canada

Naissance du transport routier

En 1917, les deux sociétés ferroviaires qui traversaient le col Yellowhead s’effondrèrent peu après le déclenchement de la Grande Guerre, victimes de revenus trop faibles et de coûts de construction élevés. Les rails d’acier furent retirés en permanence des voies abandonnées et vendus pour soutenir l’effort de guerre. En 1919, le gouvernement fédéral avait pris le contrôle des biens, fusionné les deux sociétés et fondé les Chemins de fer nationaux du Canada. Les talus ferroviaires abandonnés servirent à la construction de routes, marquant ainsi un point tournant dans le développement des réseaux de transport au Canada.

Construction

Les automobiles franchirent le col Yellowhead pour la première fois au début des années 1920, laissant présager la possibilité d’un lien routier entre Edmonton et la Colombie-Britannique. Même si tous rêvaient d’une chaussée praticable en toutes saisons pour traverser le col, la route demeura presque inaccessible à la plupart des automobiles jusque dans les années 1940. Pendant la première moitié de l’année 1942, les Japonais trimèrent sur la route pendant leur internement dans des camps de travail de la région. Les travaux se poursuivirent ensuite de façon intermittente de part et d’autre de la ligne de partage des eaux jusqu’à la fin des années 1960, après quoi les automobilistes purent finalement rouler de Jasper à Vancouver sur des routes asphaltées et pontées. En 1970, l’étroite route Yellowhead fut remplacée par le nouveau tracé de la route 16. Cette victoire sur le terrain accidenté du col témoigne bien des exploits techniques et humains qui furent nécessaires pour la construction de cette voie de circulation.

Un corridor de transport encore important de nos jours.
Un corridor de transport encore important de nos jours.
© Parcs Canada

Aujourd’hui

De nos jours, le col Yellowhead demeure un important corridor national pour le transport des biens et des personnes. Le pipeline Transmountain et une ligne de fibres optiques vinrent s’y greffer dans les années 1950 et les années 1980 respectivement. Ce corridor moderne, qui réunit une route, une voie ferrée, un pipeline et des câbles de télécommunications, revêt une grande importance économique et sociale pour la population canadienne ainsi que pour nos partenaires commerciaux en Amérique du Nord et à l’étranger. Il doit aussi son importance au fait qu’il cache en lui l’histoire du développement de l’Ouest canadien.

Histoire Rocky Mountain House Col-Howse Col-Athabasca Kootenae House Col-Yellowhead Rocky Mountain House Jasper House Rocky Mountain House Fort-St. James Col-Kicking Horse Premier Puits de Pétrole Auberge-de-Ski-Skoki Station-d’Étude-des-Rayons-Cosmiques-du-Mont-Sulphur Refuge-du-Col-Abbot Centre-d'Information-du-Parc-Jasper Salon-de-Thé-des-Chutes-Twin Col-Yellowhead Col-Rogers Musée-du-Parc-Banff Cave and Basin Ranch-Bar U
Une plaque sur la route de Yellowhead souligne le lieu historique national du Canada du Col Yellowhead.
Une plaque sur la route de Yellowhead souligne le lieu historique national du Canada du Col Yellowhead.
© Parcs Canada

Texte de la plaque :

LE COL TÊTE-JAUNE

Du milieu des années 1820 au début des années 1850, la Compagnie de la Baie d'Hudson a utilisé ce col pour le transport de peaux, d'orignal notamment, entre la Saskatchewan et la Nouvelle-Calédonie. Le col tire son nom de l'Iroquois Pierre Bostonais, dit " Tête Jaune ", qui a voyagé dans la région au début du XIXe siècle. Choisi par Sandford Fleming pour le Canadien Pacifique, le col devint le point de convergence des réseaux du Grand Trunk Pacific et du Canadian Northern (aujourd'hui le Canadien National), puis un important passage routier des Rocheuses.

Le saviez-vous?

De 1859 à 1863, de nombreux groupes d’Overlanders empruntèrent le col pour gagner les champs aurifères de la chaîne Cariboo, en Colombie-Britannique.

Le saviez-vous?

Le col Yellowhead figure parmi plusieurs cols de montagne de l’Ouest canadien qui ont été classés lieux historiques nationaux. Si le gouvernement canadien leur a accordé ce statut spécial, c’est parce qu’ils ont joué un grand rôle dans la création de liens de transport entre l’est et l’ouest et qu’ils ont contribué à approfondir notre connaissance de la géographie des Rocheuses. Les autres cols désignés lieux historiques nationaux sont le col Howse, le col Athabasca et le col Kicking Horse, tous situés dans les Rocheuses, et le col Rogers, qui se trouve dans la chaîne Selkirk.

Sources :

Énoncé d’intégrité commémorative du lieu historique national du Canada du Col-Yellowhead, Parcs Canada, 2006