Parcs Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Lieux historiques nationaux dans les parcs nationaux des montagnes

Sir George Simpson - Personne d'importance historique nationale

Sir George Simpson a été désigné personne d’importance historique nationale en 1927 en raison du poste qu’il a occupé comme gouverneur en chef de la Terre de Rupert et surintendant général de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Les premières années

Sir George Simpson est né à Lochbrom, en Écosse, en 1786 ou en 1787. Issu d’une union extraconjugale, il fut élevé par sa tante Mary du côté paternel jusqu’au début de son adolescence. Il partit ensuite pour Londres afin d’y travailler auprès de son oncle, Geddes Mackenzie Simpson, un associé d’une maison de courtage de sucre. La maison de Geddes fusionna peu de temps après avec celle d’Andrew Wedderburn, ce qui mena au premier contact de George Simpson avec la Compagnie de la Baie d’Hudson. Beau-frère de lord Selkirk, propriétaire principal d’actions de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Wedderburn devint un actionnaire et un membre du conseil d’administration de la Compagnie.

Des tensions au sein de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Tandis que Simpson tissait des liens avec Wedderburn à Londres, la Compagnie de la Baie d’Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest avaient bien du mal à survivre dans l’Ouest canadien. Au départ, la Compagnie du Nord-Ouest du Canada était mieux équipée, et elle comptait des officiers compétents et des agents doués. Après 1810 toutefois, la Compagnie de la Baie d’Hudson se fit plus audacieuse, et les deux compagnies luttèrent pour affirmer leur suprématie. Colin Robertson, chef de la campagne de la Compagnie de la Baie d’Hudson dans l’Athabasca, fut capturé par la Compagnie du Nord-Ouest en 1818 et accusé de tentative de meurtre. Simultanément, le gouverneur en chef de la Compagnie de la Baie d’Hudson, William Williams, fut menacé d’arrestation.

Le comité de Londres de la Compagnie de la Baie d’Hudson perdit toute confiance en Robertson et en Williams et décida de nommer un autre dirigeant pour l’Amérique du Nord. Wedderburn, qui avait depuis changé son nom pour Andrew Colville, usa de son influence pour faire nommer George Simpson au poste de gouverneur en chef suppléant, en 1820. Au cours des mois qui suivirent, Simpson se rendit à de nombreux postes pour se familiariser avec les opérations et les possessions de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

La fusion des deux compagnies

Fatigué de la bataille incessante qui se menait pour obtenir la mainmise sur les territoires d’échange les plus lucratifs, le conseil d’administration de la Compagnie de la Baie d’Hudson fit campagne en faveur d’une entente entre les deux compagnies. C’est ainsi qu’en mars 1821, la Compagnie de la Baie d’Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest s’amalgamèrent sous la bannière de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Celle-ci obtint donc le monopole du commerce des fourrures en Amérique du Nord britannique pendant plus de 40 ans. Le territoire était divisé en deux régions, le département du Nord et le département du Sud, et le premier rapportait les plus grands profits. On s’attendait à ce que Williams, désigné gouverneur principal, porte son choix sur le département du Nord, mais il opta pour celui du Sud. Cette décision laissa à Simpson, alors gouverneur subalterne, le contrôle des territoires d’échange les plus fructueux.

L’art du leadership

Simpson était fort en affaires et il excellait dans la gestion des relations humaines, ce qui lui valut rapidement le respect de ses subordonnés de même que du comité de Londres. Avec les travailleurs belliqueux dont nombre desquels avaient été de fervents rivaux avant la fusion, Simpson fit preuve de compétences exceptionnelles en réconciliation et montra un solide leadership. Il accrut les bénéfices de la Compagnie en éliminant des postes et en évaluant au cas par cas le bien-fondé de chacun des postes de traite.

En 1826, grâce à des économies et à des gains d’efficience, Simpson fut nommé gouverneur du département du Sud et du département du Nord. Le champ de compétences élargi de Simpson mena au déplacement du siège social de la Compagnie à Lachine, dans le Bas-Canada. Lachine servait de base pour les canots de la Compagnie de la Baie d’Hudson en partance vers l’ouest ou vers Montréal, de même que de centre financier et commercial permettant l’accès plus rapide vers l’Angleterre.

Sa famille

En 1829, Simpson retourna à Londres et fit la connaissance de Frances Simpson, la fille de 18 ans de son oncle Geddes, qui devint plus tard sa femme. Au début de la quarantaine à son mariage, Simpson avait déjà eu au moins cinq enfants illégitimes. En dépit de ses relations précédentes, il s’opposait aux mariages entre les commerçants de fourrures et les Amérindiennes et Métisses. Les femmes de couleur étaient interdites sous le toit de Simpson, une règle que faisait appliquer Mme Simpson.

Frances Simpson vécut avec son mari à la colonie de la rivière Rouge de 1830 à 1833; l’adaptation à la vie en Amérique du Nord et la mort de son premier enfant furent éprouvantes pour elle. En 1833, le couple retourna en Angleterre et décida que Mme Simpson y resterait pour recouvrer ses forces. Elle vint retrouver son mari en Amérique du Nord en 1838. Ils eurent cinq enfants, dont quatre survécurent.

D’autres entreprises

Simpson devint très actif au sein de la société montréalaise après son mariage. Ses liens politiques lui permirent d’influer sur des décisions favorables à la Compagnie de la Baie d’Hudson et à ses propres intérêts. Le lobbyiste Stewart Derbyshire agit en son nom et fit la promotion de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de Simpson en distribuant des cadeaux tels que des boîtes de cigares ou des langues de bison pour s’assurer les bonnes grâces des législateurs canadiens.

Simpson siégeait également à divers conseils et il usait de ses relations sociales pour faire fructuer ses entreprises commerciales. La North American Colonial Association of Ireland, la Bank of British North America, la Banque de Montréal, la Montreal Mining Company, la Montreal and Lachine Railroad et la Montreal and Champlain Railroad ne sont que quelques-unes des sociétés auxquelles siégeait George Simpson. Il avait également des parts dans l’Atlantic and St. Lawrence Railroad, la North Shore Railway Company et la Montreal Ocean Steamship Company.

Ses voyages

Simpson parcourut le pays pour visiter les postes de traite, il traversa des cols et il explora une grande partie du Canada durant les quarante ans qu’il passa au service de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Presque jusqu’à la fin de sa vie, il continua de faire des expéditions en canot pour se rendre aux divers postes de la Compagnie; à l’exception des trois ans qu’il passa à Londres, il fit au moins une grande expédition par année. Il ressentait le besoin de se tenir au courant et il aimait voyager rapidement et mettre sa constitution à l’épreuve.

Chevalier

En reconnaissance de sa contribution aux explorations dans l’Arctique de Thomas Simpson et de Peter Warren Dease, Simpson fut fait chevalier en 1841. Cet honneur soulignait également le rôle important qu’il a joué dans le monde des affaires de même que sa contribution à titre de conseiller aux affaires étrangères auprès du gouvernement britannique.

Le saviez-vous?

Frances Simpson, la jeune femme de George Simpson, et sa compagne, Catherine Turner, furent les premières femmes britanniques à se rendre de Lachine (Québec) à York Factory (Manitoba) en canot.

Le saviez-vous?

George Simpson possédait son propre canot étroit « express » de 8 m de long pour ses voyages. Il se faisait accompagner d’une équipe de voyageurs iroquois et d’un cornemuseur écossais attitré.

Texte de la plaque :

SIR GEORGE SIMPSON

1792-1860 Né en Écosse, Simpson entra à la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1820. Il devint gouverneur du département du Nord en 1821 et gouverneur en chef de la Terre de Rupert en 1826. Administrateur énergique et minutieux, il dirigea le commerce des fourrures en Amérique du Nord pendant environ une quarantaine d’années. Sous sa direction, la Compagnie prit les devants en matière d’exploration et il voyagea lui-même beaucoup dans le territoire de la Compagnie. À partir de 1833, il établit son quartier général à Lachine et joua un rôle prépondérant dans la vie commerciale de Montréal.

Texte préparé par le Comité spécial sur la révision des plaques unilingues, de 1973 à 1977

Sources:

Dictionnaire biographique du Canada en ligne, George Simpson, http://www.biographi.ca