Parcs Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Lieux historiques nationaux dans les parcs nationaux des montagnes

Événement d'importance historique nationale

Les Overlanders de 1862

Désigné en 1936, cet événement d’importance historique nationale rappelle le périple entrepris en 1862 depuis Edmonton jusqu’aux champs aurifères de la chaîne Cariboo, en Colombie-Britannique. Cet événement permit également la réutilisation du col Yellowhead, qui ne servait presque plus depuis le début des années 1850, lorsque les employés de la Compagnie de la Baie d’Hudson se mirent à voyager à bord de vapeurs pour accéder au territoire qui forme aujourd’hui la Colombie-Britannique.

La ruée vers l’or de la chaîne Cariboo

À la fin des années 1850, on découvrit de l’or dans la région de Cariboo. Située dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, cette région s’étend de l’est de la chaîne Côtière jusqu’à environ 70 km de la frontière de l’Alberta. À l’annonce de la découverte du premier filon, les gens se mirent à affluer dans la région pour établir des concessions. À une époque où le salaire quotidien moyen pour la plupart des Nord-Américains s’élevait à peine à 2 $, un mineur pouvait gagner plusieurs centaines de dollars par jour dans les riches champs aurifères, et l’on était prêt à abandonner à peu près tous ses biens pour faire fortune.

Avant l’arrivée des masses de mineurs en herbe, la Colombie-Britannique comptait 7 000 habitants au total. En juillet 1859, environ 33 000 mineurs étaient arrivés dans la région, impatients de rapporter chez eux leur part des bénéfices. Cette ruée subite vers les champs aurifères du territoire incita le gouvernement britannique, en 1859, à créer une colonie dans la partie continentale de la Colombie Britannique afin de fournir des services administratifs et autres aux milliers de mineurs qui s’y étaient établis.

Les Overlanders

En quête d’une vie meilleure, un important groupe de Canadiens quittèrent leur domicile en Ontario pour aller faire fortune dans les champs aurifères de la Colombie-Britannique. Ce groupe, composé de 115 hommes et d’une femme, voyagea pendant des mois pour traverser le Canada jusqu’au fort Edmonton, en 1862. Les voyageurs s’y arrêtèrent pour se réapprovisionner et repartirent prêts à poursuivre leur dure expédition pour traverser les Rocheuses. Pendant qu’ils refaisaient leurs provisions, ils rencontrèrent un groupe de mineurs qui revenaient des champs aurifères; à leurs recommandations, ils décidèrent de passer par le col Yellowhead.

La traversée des Rocheuses

Les Overlanders se rendirent aussi loin qu’ils le purent à bord de leurs chariots. Des bœufs et des chevaux transportaient leurs provisions. Mais une fois au lac St. Anne, ils durent abandonner le dernier de leurs chariots pour poursuivre leur route chargés de leurs lourdes provisions. Le gros groupe ne tarda pas à se disperser, le premier groupe devançant le dernier de 300 km.

Le premier groupe

Après avoir traversé le col Yellowhead, le groupe d’Overlanders qui était en tête établit son camp au lac Cow Dung, qui porte aujourd’hui le nom de lac Yellowhead. La famine le menaçait et, si quelques chasseurs du groupe rapportèrent des écureuils et de petits oiseaux, ils durent sacrifier des bœufs et des chevaux pour leur viande. Les Overlanders reprirent la route, chargés de provisions de viande sèche de leurs bêtes de trait et, le 27 août, ce premier groupe gagna le camp de pêche au saumon des Shuswaps, à la nouvelle cache de Tête Jaune. Ils y échangèrent le gros de ce qu’il leur restait, des munitions, des vêtements, des aiguilles et du fil, contre des produits dont ils avaient grandement besoin pour assurer leur subsistance : du saumon, des myrtilles, des amélanches et du pemmican.

Le dernier groupe

Le 7 septembre, un deuxième groupe d’Overlanders arriva au lac Yellowhead. Ils y firent un arrêt, refirent des provisions mais furent piégés sur l’île par les eaux de crue. Quand le dernier groupe d’Overlanders les rejoignit, ils les trouvèrent presque morts de faim. Ils réussirent à les sortir tous de l’île, et le groupe poursuivit son périple. Le dernier groupe gagna la cache de Tête Jaune le 16 septembre.

Les tribulations des Overlanders

De la cache de Tête Jaune, le groupe se divisa à nouveau, choisissant d’emprunter diverses routes pour gagner les riches champs aurifères du Cariboo. Le groupe plus nombreux décida de passer par le fleuve Fraser jusqu’au fort George (aujourd’hui Prince George) et de se diriger vers le sud jusqu’à Quesnel. Les Overlanders fabriquèrent des canots pour leur voyage à partir de trembles vidés et de peaux de bœufs, et ils descendirent le premier tronçon du Fraser assez facilement. Une fois au grand canyon du Fraser, une petite gorge d’environ 30 km en aval du confluent de la rivière Bowron, le désastre s’abattit sur eux. Pris dans les eaux tumultueuses des rapides Scow, les canots chavirèrent et se déchirèrent. Quatre hommes périrent noyés ou succombèrent à l’hypothermie, et le groupe perdit une bonne quantité de ses provisions. Exténués et abattus par les événements de la journée, les voyageurs reprirent la route et arrivèrent au fort George le 8 octobre.

Un groupe moins nombreux d’Overlanders quitta la cache de Tête Jaune et traversa le territoire en longeant la rivière McLennan vers l’amont, qui se jette au nord dans le fleuve Fraser. Croyant qu’ils pouvaient se rendre aux champs aurifères à pied, ils achetèrent plus de 100 bœufs et chevaux. Les voyageurs se rendirent vite compte qu’ils seraient contraints de naviguer en aval sur la Thompson pour arriver à destination. Ils tuèrent donc leurs bœufs et laissèrent partir leurs chevaux. Ils bâtirent des radeaux et entreprirent leur périple sur la rivière Thompson jusqu’au fort Kamloops. Le deuxième groupe éprouva des difficultés aux rapides Murchison et Hells Gate et deux hommes perdirent la vie. Le reste du groupe arriva au fort Kamloops en octobre 1862.

La fin du périple

Si les deux groupes essuyèrent de grandes pertes, la majorité des Overlanders survécurent à leur expédition épique et prirent part à la ruée vers l’or du Cariboo. Les épreuves qu’ils durent surmonter et les périls qui jonchèrent leur route, surtout entre Jasper et la cache de Tête Jaune et dans les canyons et les rapides du Fraser et de la rivière Thompson Nord, firent de leur expédition l’un des événements les plus marquants de l’histoire des voyages au Canada.

Le saviez-vous?

Arrivée avec le deuxième groupe d’Overlanders au fort Kamloops, Catherine Schubert, la seule femme du groupe, a donné naissance à une fille le 13 octobre 1862.

Le saviez-vous?

En 1863, plus de 3 000 concessions avaient été enregistrées, et de l’or équivalant à 3,9 millions de dollars (et qui en vaudrait 30 fois plus aujourd’hui) avait été extrait de la région. La ruée dura jusqu’à la fin de 1865.

Sources:

Jeff Waugh, The Overlanders (en anglais seulement)

Site Web L’économie canadienne, 1858-1865 – Ruée vers l’or de la région de Cariboo