Bannière de Parcs Canada
 English Contactez-nous Aide Recherche Site du Canada
 À propos de l'Agence Parcs Canada Parcs nationaux du Canada Lieux historiques nationaux du Canada Aires marines nationales de conservation du Canada Patrimoine culturel
Patrimoine naturel
Page d'accueil de Parcs Canada
Recherche
Entrer un mot-clé :

Une introduction à l'étude des paysages culturels autochtones


VISION AUTOCHTONE DU MONDE

Lien des Autochtones avec le milieu

En quoi les fondements de la connaissance traditionnelle diffèrent-ils de ceux de la pensée scientifique occidentale?

La pensée scientifique occidentale du XIXe siècle, qui continue de façonner les valeurs occidentales, établit une distinction très nette entre l'observateur et ce qu'il observe. Elle découle de règles et de principes objectifs qui impliquent l'observation systématique, l'expérimentation et la vérification des hypothèses et des conclusions.

Arbres se reflétant dans la rivière, avec une personne en canot et des montagnes à l'arrière-plan
Rivière Red Deer, Territoires du Nord-Ouest
© Archives nationales du Canada / T.C. Weston / PA 150933, 1889.

De leur côté, les peuples autochtones parlent d'un sentiment d'appartenance à la terre; ils se voient comme un des éléments d'un environnement parfaitement intégré. Comme l'explique Charles Johnson, « nous, les peuples autochtones, faisons partie de l'écosystème arctique. Nous ne sommes ni des observateurs, ni des gestionnaires; notre rôle est actif et consiste à faire partie de l'écosystème » (Johnson, 1997: 3) À ce titre, les êtres humains coexistent avec les plantes et les animaux, et tous ont un droit égal à la vie. Cette croyance implique le respect de tout ce qui vit. Comme le disait l'Aîné déné George Blondin, « Nous sommes des gens de la terre; nous ne sommes pas différents des arbres, des caribous et des corbeaux, sauf que nous sommes plus compliqués » (Blondin, 1997: 18)

Les habiletés nécessaires pour vivre de la terre, comme l'observation, l'interprétation et l'adaptation, sont liées aux connaissances traditionnelles. Les Autochtones ont une compréhension complexe de la terre et de ses ressources, et cette complexité se retrouve dans leur langue, ce qui explique en partie les préoccupations que soulève actuellement la question linguistique. Par exemple, l'étude de la culture de chasse des Cris de la baie James a révélé que le radical nitao (chasse) possède en fait cinq sens de base. Ces sens combinent divers aspects cosmologiques, écologiques et psychologiques de la vie et des croyances des Cris, incluant les liens complexes qui existent entre le chasseur et sa proie. (Feit, 1995).

De nombreuses études fondées à la fois sur les connaissances traditionnelles sur l'environnement et sur la science ont démontré une connaissance approfondie des processus naturels, des indicateurs écologiques, du comportement animal et des techniques de survie dans un environnement hostile. Des études récentes, notamment celle sur le tétras à queue fine dans la Première nation de Fort Albany et celle sur le caribou chez les Inuit, ont également démontré la fragilité de ce savoir face à l'avènement des établissements permanents et aux changements culturels (Tsuji, 1996; Thorpe, 1997; Ferguson et Messier, 1997; Huntington, 1998)

Cependant, ces nombreuses études dirigées par des scientifiques qui se voient le plus souvent comme des observateurs objectifs, n'adhérant pas au système de valeurs autochtones, ont également amplifié les craintes des Autochtones concernant l'interprétation et l'utilisation erronées ou même une appropriation de leur « propriété intellectuelle » (Stevenson, 1996: 279).

 

Dernière mise à jour : 2008-10-17 Haut de la page
Haut de la page
Avis importants