Bannière de Parcs Canada
 English Contactez-nous Aide Recherche Site du Canada
 À propos de l'Agence Parcs Canada Parcs nationaux du Canada Lieux historiques nationaux du Canada Aires marines nationales de conservation du Canada Patrimoine culturel
Patrimoine naturel
Page d'accueil de Parcs Canada
Recherche
Entrer un mot-clé :

Une introduction à l'étude des paysages culturels autochtones


VISION AUTOCHTONE DU MONDE

Vivre de la terre : les aspects sociaux et économiques

Les cultures autochtones traditionnelles font-elles une distinction entre les nécessités socio-économiques et les valeurs spirituelles associées à la terre?

Rangée de mâts totémiques avec l'eau et les montagnes à l'arrière-plan
Mâts totémiques à Kitwanga, Colombie-Britannique
© Archives nationales du Canada /PA 11215, 1915.

Le rapport des Autochtones avec la terre se définit par l'interdépendance plutôt que par la catégorisation. Les modes de vie traditionnels intègrent tous les aspects de la vie - économique, spirituelle et sociale - dans des régions fréquentées pendant des siècles. Ainsi, chez les Stó:lo , « le peuple du fleuve », la vie est centrée sur le Fraser; le fleuve est force vive, ses ressources assurent la subsistance des habitants et ses rives abritent leurs lieux de spiritualité (Mohs, 1994: 185-188).

Chez les Autochtones, le succès de chasse repose sur l'harmonie avec les forces vitales de la terre; la connaissance et le respect de la terre et des esprits qu'elle recèle sont essentiels pour y vivre. Comme Harvey Feit l'a si bien expliqué au sujet des Cris du Nord du Québec, la chasse n'est pas un événement isolé, mais une étape d'un processus sans fin impliquant des rapports réciproques de puissance, de besoins, d'obligations et de responsabilités morales entre le Créateur, les esprits, le chasseur, l'animal et la communauté. Pour réussir, le chasseur doit bien planifier ses actions et se montrer respectueux à l'égard des esprits et des animaux. Reconnaissant chez l'animal des caractéristiques humaines, le chasseur agit en se conformant à des signes qu'il comprend et que l'animal comprend. Pour saluer la générosité dont il a été l'objet, il partage son butin non seulement avec les membres de sa famille et de sa communauté, mais aussi avec les esprits en mesure de soutenir ses efforts (Feit, 1995).

Vivre de la terre est l'une des caractéristiques de l'expérience autochtone depuis des temps immémoriaux. Le cycle saisonnier des activités annuelles a façonné les modes de vie traditionnels. Variant avec les saisons, les ressources animales et marines ont déterminé les déplacements et les activités des peuples autochtones qui dépendaient d'elles pour s'alimenter, se vêtir, s'abriter, se fabriquer des outils et d'autres objets de première nécessité.

Tentes dans la forêt boréale
Camp sur la rive nord de la baie Keith, Grand lac de l'Ours, Territoires du Nord-Ouest
© Archives nationales du Canada / PA 101056, 1928.

Les familles élargies ou des ménages hivernaient séparément dans différents secteurs du territoire occupé par leur groupe. Des liens de parenté unissaient souvent les familles ou ménages qui hivernaient ensemble; ces liens identifiaient également les territoires de chasse et de piégeage. Chaque année, le plus souvent à l'été, de grandes réunions sociales rassemblaient ces groupes; mariages, fêtes, jeux, danses, chants et autres pratiques traditionnelles étaient alors au programme. On pouvait ainsi transmettre aux enfants des connaissances traditionnelles et les aider à acquérir les habiletés dont ils auraient besoin pour vivre de la terre.

 

Dernière mise à jour : 2008-10-17 Haut de la page
Haut de la page
Avis importants