Lieu historique national du Canada de La Fourche

Winnipeg, Manitoba
Vue générale du lieu historique national du Canada de La Fourche. © Parks Canada Agency | Agence Parcs Canada
Vue générale
© Parks Canada Agency | Agence Parcs Canada
Vue générale du lieu historique national du Canada de La Fourche © Parks Canada Agency | Agence Parcs CanadaVue générale du lieu historique national du Canada de La Fourche. © Parks Canada Agency | Agence Parcs CanadaVue générale du lieu historique national du Canada de La Fourche. © Parks Canada Agency | Agence Parcs Canada
Adresse : 45, chemin Forks Market, Winnipeg, Manitoba

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 1974-05-18

Événement, Personne, Organisation :
  • Fondation du fort Rouge par La Vérendrye  (Événement)
  • Compagnie de la Baie d'Hudson  (Organisation)
  • Chemins de fer nationaux du Canada  (Organisation)
  • Peuple Algonquien  (groupe des personnes)
  • Peuple Assiniboine  (groupe des personnes)
  • Peuple Ojibwa (Saulteaux)  (groupe des personnes)
  • Peuple Cri  (groupe des personnes)
  • Peuple Dakota (Sioux)  (groupe des personnes)
Autre nom(s):
  • La Fourche  (Nom de la désignation)
  • Fourche de la rouge et de l'assiniboine  (Nom de la plaque)
Numéro du rapport de recherche : 1968-029
Numero RBIF : 56481 00

Plaques


Plaque existante: La plaque de la « Fourche de la Rouge et de l'Assiniboine » est installée sur un cairn de pierre massif Au LHN Forks près de la place d'interprétation, N 49.88906; O 97.12813, Winnipeg, Manitoba

Par sa situation stratégique à la jonction de deux rivières importantes dans le réseau fluvial qui relie l'intérieur du pays à trois océans, ce lieu fut témoin de presque tous les événements clefs de l'histoire de l'Ouest canadien. Les Amérindiens s'y réunissaient déjà et, pour cette raison, La Vérendrye érigea le fort Rouge près d'ici en 1738. Il a été un centre de commerce et d'exploration, le foyer du premier établissement européen permanent de l'Ouest, le berceau du Manitoba, le coeur de Winnepeg, le pivot du transport routier et ferroviaire et la porte d'entée de la colonisation des Prairies.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada de La Fourche est une zone accessible au public au cœur de la ville de Winnipeg, au Manitoba. La Fourche se compose de secteurs connus sous les noms de Pointe sud et Pointe nord, situés sur les rives opposées de la rivière Assiniboine, sur la rive ouest de la rivière Rouge. Sur le plan historique, ce confluent a été un lieu de transport important pour de nombreuses générations. Aujourd'hui, La Fourche est un lieu de rassemblement à diverses vocations, qui comprend des espaces verts, des zones de loisirs, des opérations commerciales et un stationnement, suite au réaménagement des anciennes gares de triage du Canadien National.

Valeur patrimoniale

La Fourche a été désignée lieu historique national du Canada en 1974 parce qu'elle est située stratégiquement au confluent des rivières Rouge et Assiniboine, si bien qu'elle a été témoin de nombreux événements clés de l'histoire de l'Ouest canadien. La valeur patrimoniale de La Fourche est liée au millénaire d'activité humaine dont son paysage culturel a été le témoin. Elle a également trait à sa situation géographique, aux signes de l'activité passée et de sa commémoration, ainsi qu'à son impact stratégique sur l'environnement avoisinant.

Des peuples se sont servis de La Fourche comme lieu de rassemblement, camp de pêche, lieu de commerce et colonie, pendant au moins six mille ans. Sur le plan historique, les rivières Rouge et Assiniboine ont été toutes les deux d'importants couloirs de transport dans l'Ouest canadien. Au fil du temps, les rivières ont formé des méandres et leurs cours ont changé. Le site commémoré sous le nom de «La Fourche» a eu de nombreuses fonctions pendant deux périodes historiques : il y a 7600 à 3000 ans (soit de 5600 à 1000 avant J.C.), et d'il y a 1500 ans à aujourd'hui (soit de 500 à 2000 après J.C.). À titre de zone traditionnelle de transition entre les prairies et les terrains boisés, elle servait de lieu de rassemblement et de commerce à un large éventail de groupes culturels des Premières nations, et notamment aux peuples Algonquiens du centre et du sud du Manitoba, du nord-ouest de l'Ontario et du Minnesota, et peut-être de parties du Dakota du Nord.

Au XVIIIe siècle, elle servait de camp saisonnier provisoire aux peuples Assiniboine, Ojibwa (Saulteaux), Cri et Dakota (Sioux). En outre, le premier établissement européen dans l'Ouest du Canada (le Fort Rouge de La Vérendrye, de 1736 aux années 1740) était également situé à proximité. Aux XIXe et XXe siècles, La Fourche servait de point de relais pour la colonisation et l'expansion vers l'Ouest. Elle était le site du Fort Gibraltar I (1810-1816) et du Fort Gibraltar II (1817-1821) pour la traite des fourrures, du Fort Garry I (1817-1852), d'une réserve de la Compagnie de la Baie d'Hudson (1836-1907) et de gares de triage d'un important chemin de fer (1888-1988). Des fouilles archéologiques spécifiques effectuées à La Fourche en 1984, 1987 et 1988 ont permis de récupérer 190 800 objets (mobiles et in situ) représentant notamment les périodes préeuropéennes, du commerce de la fourrure et du chemin de fer.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbaux, 1974, 1986.

Éléments caractéristiques

Parmi les caractéristiques qui confèrent à ce site sa valeur patrimoniale, notons: la situation du site au confluent des rivières Rouge et Assiniboine; la présence sans obstacle du cours des deux rivières; le fait que les vestiges archéologiques contenus dans les couches stratifiées du site soient relativement peu perturbés; le potentiel d’interprétation maintenu et le bon état des fouilles et des objets découverts dans huit sites datant d'avant l’arrivée des Européens et dans cinq sites d'après l’arrivée des Européens (y compris des vestiges in situ, comme le bâtiment en bois rond du Fort Gibraltar I, les bâtiments de la ferme expérimentale de la Compagnie de la Baie d'Hudson, la fondation du pont tournant sous la rotonde du chemin de fer); l'intégrité et l’association des preuves archéologiques divulguées au cours des fouilles susmentionnées et les connaissances dont elles font état; l'intégrité des commémorations sur le site, y compris celles des forts Rouge, Gibraltar et Garry (désignés lieu historique national du Canada) et celle de la création de la province du Manitoba; l'intégrité de l'habitat naturel rivulaire (une section de forêt où on trouve des chênes à gros glands, des érables du Manitoba, des peupliers du Canada, quelques trembles et des cornouillers) sur les rives de la rivière; l’évidence géologique de la localisation de la rive et/ou d’un changement du lit de la rivière; les perspectives de vue vers l'est et l'ouest le long de la rivière Assiniboine, vers le nord et le sud le long de la rivière Rouge, et vers la cathédrale de St. Boniface, le lieu historique national du Canada de la Gare-Union / Gare-du-Canadien-National-à-Winnipeg, le lieu historique national du Canada du Couvent-des-Sœurs-Grises et le lieu historique national du Canada du Quartier-de-la-Bourse; la lisibilité et l'intégrité du site à titre de point d'intérêt de la ville de Winnipeg et de la province du Manitoba.