Cette semaine en histoire

Archives

L’invasion du Canada

Semaine du lundi le 9 juillet 2012

Le 12 juillet 1812, le brigadier-général des États-Unis, William Hull, commandant de l’armée américaine du Nord-Ouest, franchit la rivière Détroit et envahit le Haut-Canada avec environ 2 000 hommes. Ses troupes, qui surpassent en nombre les Britanniques, les Canadiens et les Premières Nations, débarquent à Sandwich (aujourd’hui Windsor, en Ontario).

Portrait de William Hull, peint de son vivant, vers 1800
© James Sharples Sr. (1751-1811)
La guerre est imminente à l’été 1812 et, au début de juillet, les troupes britanniques tentent de renforcer les ouvrages défensifs le long de la rivière Détroit. Malgré leurs efforts, les quatre points d’appui les plus proches le long de la frontière canadienne – soit Amherstburg, Niagara, Montréal et Kingston – sont menacés par l’arrivée de trois grandes armées américaines. Une de ces armées, dirigée par le général Hull, atteint Détroit le 18 juin et, après quelques tentatives désordonnées, réussit à avancer en territoire canadien le 12 juillet. Les troupes britanniques postées à Sandwich sont dominées par l’ennemi, et leur commandant, le lieutenant-colonel Thomas B. St. George, se retire au fort Amherstburg pour tenter de rallier ses troupes.

Malgré sa victoire à Sandwich, le général Hull ne parvient pas à dominer les Britanniques en raison de son avancée hésitante sur le fort Amherstburg. Le lieutenant-colonel St. George, qui avait regroupé ses troupes au fort, déploie des hommes en poste avancé, au pont qui enjambe la rivière Canard, et se tient prêt à repousser d’autres attaques. L’attente est de courte durée. Quatre jours plus tard, une escarmouche éclate entre des éclaireurs américains et les soldats postés au pont. Peu de temps après, les troupes du général Hull battent en retraite au fort Détroit, de l’autre côté de la rivière, le général Hull ayant entendu dire que les Britanniques avaient dépêché des renforts!

Croquis du périmètre du fort Amherstburg, vers 1804
© Parcs Canada
Le fort Amherstburg joue un rôle important durant les débuts de la guerre de 1812, et c’est à cet endroit que surviennent les premières pertes de vie du conflit. C’est aussi au fort Amherstburg que le major-général sir Isaac Brock et le chef de guerre shawnee Tecumseh, de même que les troupes britanniques, la milice canadienne et les guerriers des Premières Nations, planifient une attaque réussie sur le fort Détroit, forçant le brigadier-général William Hull à déposer les armes. Le fort Amherstburg est rebâti sur ses ruines durant les années 1820. Renommé fort Malden, l’endroit est déclaré lieu historique national en 1921. La capture du fort Détroit est désignée événement d’importance historique nationale en 1923.

Cette année marque le bicentenaire de la guerre de 1812. Pour en apprendre davantage, lisez les histoires suivantes : À la guerre comme à la guerre!, La bataille de Beaver Dams , et Victoire au fort Détroit, dans les archives de Cette semaine en histoire. Des activités commémoratives auront lieu à Fort Malden et partout au Canada! Pour en savoir plus sur la commémoration de la guerre de 1812, consultez la page Commémoration de la guerre de 1812 du site Web de Parcs Canada.

Date de modification :