Cette semaine en histoire

Archives

Mourir loin de chez soi

Semaine du lundi le 21 décembre 1998

La veille de Noël 1584, à l'anse Carol's, près de Red Bay, au Labrador, Joanes de Echaniz dictait ses dernières volontés. Ce testament d'un baleinier basque mourant est le plus vieux document du genre dans l'histoire du Canada.

Des baleiniers basques

Des baleiniers basques
© Geneviève Després

Les Basques étaient originaires d'une région située dans le sud-ouest de la France et le nord-est de l'Espagne qu'on appelle le pays Basque. Par tradition, ils étaient bergers, constructeurs de bateaux et pêcheurs; ils pratiquaient également la chasse à la baleine dans les mers septentrionales depuis des temps immémoriaux. Personne ne sait au juste quand ils ont visité le Canada la première fois, mais certains vestiges donnent à penser que des pêcheurs basques pêchaient et séchaient la morue au large de Terre-Neuve depuis le tout début du 16e siècle. Même s'ils ont continué à pêcher la morue, la demande croissante d'huile en Europe a fait de la chasse à la baleine une entreprise beaucoup plus profitable. Au moment où Joanes fait son testament, Red Bay est considérée comme le plus grand centre de chasse à la baleine au monde!

Une partie du San Juan découvert à Red Bay

Une partie du San Juan
découvert à Red Bay

© Parcs Canada

Les hommes arrivaient au printemps, bien équipés pour la chasse à la baleine, mais avec pour seul bagage les vêtements qu'ils portaient. L'un d'eux se mettait aussitôt à faire le guet, tandis que les autres réparaient les abris et les stations de dépeçage qui avaient subi les rigueurs de l'hiver. Quand des baleines étaient repérées, deux bateaux ou plus sortaient les harponner. Les animaux étaient ensuite remorqués près de la rive, où les hommes travaillaient jour et nuit à faire fondre la graisse pour la transformer en huile. Le harponnage des baleines était un travail très dangereux, mais ceux qui l'exécutaient jouissaient de privilèges financiers et sociaux. À l'époque, l'huile était une denrée rare et on a estimé la valeur d'un baril d'huile de baleine à 5000 $ en dollars actuels. Dès janvier, l'hiver forçait les hommes à retourner en Europe.

Après 1600, les baleiniers basques ont peu à peu cessé de venir au Canada. Des fouilles archéologiques récentes menées à terre et sous l'eau ont permis de mettre au jour des vestiges de stations de dépeçage basques. La découverte la plus remarquable est celle d'une épave qu'on croit être le San Juan, un galion basque qui a coulé à Red Bay en 1565. Ce navire, le plus vieux jamais découvert en Amérique au nord du golfe du Mexique, est jusqu'ici le mieux conservé des bâtiments espagnols de l'époque. Le lieu historique national de Red Bay, au Labrador, expose une partie des artefacts découverts par les archéologues et permet aux visiteurs d'explorer les lieux où ces stations de dépeçage s'élevaient jadis.

Date de modification :