Cette semaine en histoire

Archives

Désastre à Dieppe

Semaine du lundi le 18 août 2003

À  l’aube du 19 août 1942, les troupes canadiennes forment la majorité du déploiement qui se prépare à lancer un raid sur la ville française de Dieppe. Malheureusement pour ces hommes, le raid s’avère une tragédie militaire.

Convoi de péniches de débarquement se dirigeant vers Dieppe durant l

Convoi de péniches de débarquement se dirigeant vers Dieppe durant l'opération «Jubilee»
© Ministère de la Défense nationale / BAC / PA-171080

Plusieurs raisons motivent l’organisation de ce raid. D’abord, les forces soviétiques postées au front est pendant la Seconde Guerre mondiale sont sérieusement menacées par l’armée allemande et pressent les Alliés d’ouvrir un deuxième front en Europe de l’Ouest. Cette mesure forcerait les Allemands à diviser leurs troupes, ce qui atténuerait la pression exercée sur les Soviétiques. De plus, une attaque en provenance de la Manche constituerait un entraînement pour des opérations amphibies à grande échelle. Une fois ces besoins établis, l’opération Jubilee est organisée. À l’origine, l’effectif du raid doit se composer de troupes britanniques; toutefois, les commandants canadiens veulent mettre leurs soldats en service actif. Les planificateurs militaires acceptent l’idée et les troupes de la 2e Division d’infanterie canadienne se préparent au raid.

Le plan consiste à attaquer en cinq points répartis sur 16 kilomètres le long de la plage près de Dieppe. Quatre de ces attaques auront lieu simultanément, juste avant l’aube, suivies d’un assaut principal sur la ville même. Les troupes canadiennes sont chargées de mener l'attaque principale, ainsi que celles sur Pourville et Puys. Des commandos britanniques s’occuperont des autres attaques sur la plage. La réussite de l'opération dépend de la couverture aérienne, de l’effet de surprise et de l’obscurité.

Les corps de soldats canadiens reposent au milieu des péniches de débarquement endommagées et des chars d
Les corps de soldats canadiens reposent au milieu des péniches de débarquement endommagées et des chars d'assaut, suite à l'opération «Jubilee»
© BAC / C-014160
Malheureusement, à peu près rien ne se déroule comme prévu. Alors que les troupes alliées approchent l’extrémité est de la plage, elles rencontrent un convoi allemand, compromettant ainsi l’effet de surprise. Les Allemands réussissent à se mobiliser pour bloquer l’attaque principale sur Dieppe. Les caractéristiques naturelles de la plage font obstacle aux chars des forces alliées et fournissent une excellente protection aux troupes allemandes. D’autres sections de l’attaque éprouvent des problèmes de synchronisme et de communication.

Des 5 000 Canadiens qui débarquent pendant le raid, plus de 900 perdent la vie, plus de 2 000 sont blessés et près de 2 000 sont faits prisonniers. Dans la bataille aérienne, l’Aviation royale du Canada perd neuf pilotes et 14 aéronefs.

Le raid sur Dieppe demeure controversé: certains le considèrent comme une erreur alors que d’autres affirment qu’il a permis de tirer des leçons importantes qui ont contribué au succès du jour J de 1944. Malgré les divergences d’opinion sur la valeur du raid, le courage dont les troupes canadiennes ont fait preuve demeure indiscutable.

Le Raid canadien sur Dieppe a été désigné événement d’importance historique nationale en 2000.

Date de modification :