Parcs Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Le parc marin du Saguenay–St-Laurent

Zone profonde

Illustration de la zone profonde de la colonne d’eau. À droite, une paroi rocheuse couverte d’étoiles de mer, d’oursins verts, d’anémones, d’un concombre de mer et de crabes. Dans l’eau, un banc de morue franche. Morue franche Concombre de mer Oursins verts Étoile de mer Crabe Anémone

Oursins verts

Oursins verts

Règne : animal
Embranchement : invertébré
Classe : échinoderne (possédant des podia)
Espèce d'oursins dans le parc marin : une seule

Description : diamètre : 80 millimètres. Épaisseur : 38 millimètres. Attention: couvert de piquants ! Hérisson des mers. Bouche située sur son ventre. 5 fines dents blanches servant à brouter les algues sur la roche.

Habitat : sur les fonds rocheux et dans les champs de laminaires (algues) jusqu'à 50 mètres de la surface.

Population : très abondant dans l'estuaire du Saint-Laurent.

Déplacement : se sert de tubes terminés par des ventouses appelées « podia ». Peut se déplacer de 5 mètres en une journée.

Alimentation : presque exclusivement des laminaires (algues) ou des animaux morts, à l'occasion (crabes).

Reproduction : au printemps et à l'automne. Pond des oeufs qui deviennent des larves.

Le savais-tu ?
Espèce comestible au goût âcre surtout appréciée dans les pays asiatiques.

ESPÈCE PEU PÊCHÉE !
Comme l'oursin est pêché depuis peu et en petite quantité, on pense que la population se porte bien et n'est pas menacée pour l'instant.

 

Étoile de mer

Étoile de mer

Règne : animal
Embranchement : invertébré
Classe : échinoderne (possédant des podia)
Espèces d'étoiles de mer dans le parc marin : 16 espèces

Description : en général, l'étoile a 5 bras qui rejoignent un disque central. Possède jusqu'à 14 bras selon l'espèce. Recouverte de piquants qui rendent sa peau rugueuse.

Dimensions : très variables selon les espèces.

Habitat : tous les fonds rocheux ou sablonneux.

Population : le fond marin de l'estuaire du Saint-Laurent est tapissé d'étoiles de mer aux couleurs variées.

Reproduction : pond des oeufs qu'elle protège de son corps et de ses bras enroulés en spirale.

Alimentation : coquillages comme la moule bleue. Certaines espèces mangent d'autres étoiles de mer.

Déplacement : sous chaque bras se trouvent des tubes terminés par des ventouses (podia) lui servant à se fixer et à se déplacer.  

Le savais-tu ?
Si certaines espèces d'étoiles de mer perdent un bras (à cause d'un prédateur, par exemple), ce membre repousse en un mois.

ATTENTION !
Quand l'étoile de mer protège ses oeufs, l'activité humaine (plongée sous-marine, pêche, etc) peut déranger cette phase importante de sa survie.

 

Anémone

 

Anémone

Règne : animal
Embranchement : invertébré
Espèces d'anémones dans le parc marin : anémone rouge du Nord et anémone plumeuse sont parmi les plus nombreuses.

Description : ressemble à la fleur du même nom. Sans yeux, ni oreilles ni cerveau. La bouche se trouve au centre d'un disque bordé de tentacules. Ses tentacules servent à capturer ses proies. Elles se referment sur elles pour les digérer. Dimensions très variables.

Habitat : accrochée sur les rochers, juste en dessous du niveau de la mer, jusqu'à plusieurs mètres de profondeur.

Population : très abondante dans l'estuaire.

Reproduction : certaines espèces se reproduisent par cassure et régénération. En se déplaçant, elles laissent des morceaux collés au sol qui se développent et deviennent de nouvelles anémones.

Alimentation : selon les espèces, particules en suspension (plancton) ou petits poissons.

Déplacement : peut se détacher du sol et se laisser dériver pour se fixer ailleurs. Peut aussi se fixer sur la carapace d'animaux marins et se déplacer sur leur dos.

Le savais-tu ?
Certaines espèces possèdent des tentacules venimeux qui servent à paralyser leurs proies. Si tu touches à l'une de ces anémones, tu auras une irritation douloureuse mais ce n'est pas dangereux.

ATTENTION !
Comme la pêche du pétoncle se fait en raclant le fond marin, on enlève tout, détruisant l'habitat naturel de l'anémone.

 

Concombre de mer

 

Concombre de mer

Règne : animal
Embranchement : invertébré
Classe : échinoderne (possédant des podia)

Description : cylindre verdâtre ressemblant au concombre. De 7 à 10 centimètres de longueur.
Bouche située à l'extrémité du corps et entourée de 10 tentacules servant à capturer ses proies et à les porter à sa bouche.

Habitat : dans l'estuaire et dans le golfe du Saint-Laurent et sur toute la côte atlantique, de l'Arctique à Cape Cod sur la côte est américaine. Sur les fonds rocheux jusqu'à plus de 350 mètres de profondeur.

Population : très abondant dans les profondeurs.

Alimentation : particules en suspension dans l'eau (plancton).

Déplacement : se sert de tubes terminés par des ventouses appelées « podia ». S'enfouit complètement dans le sable, à l'exception de sa bouche.

Savais-tu ?
Bien apprêté, le concombre de mer est apprécié dans les pays asiatiques.

ATTENTION !
Comme la pêche du pétoncle se fait en raclant le fond marin, on enlève tout, détruisant l'habitat naturel du concombre de mer.

 

Morue franche

 

Morue franche

Règne : animal
Embranchement : vertébré
Classe : poisson

Description : poids de 2 à 3 kilos; longueur de 60 à 70 centimètres. Corps allongé dont les couleurs vont du brun au vert ou au gris avec de petites taches noires sur le dos. Elle a 3 nageoires dorsales et 2 nageoires ventrales. Possède sur son menton un seul barbillon bien développé appelé « moustache ».

Habitat : dans les eaux des mers froides. Les morues qu'on trouve dans le golfe du Saint-Laurent passent l'hiver près de Terre-Neuve où elles forment de grands bancs.

Population : poisson pêché depuis des siècles. Sa population s'est effondrée à cause des activités de pêche, des changements dans son habitat et des prédateurs comme le phoque. Au cours des 30 dernières années, elle a connu un déclin d'environ 80%.

Longévité : de 4 à 8 ans.

Reproduction : au printemps, la morue se reproduit au large à des profondeurs allant de 250 à 300 mètres. La femelle peut pondre entre 2 à 11 millions d'oeufs. Les oeufs flottant dans la colonne d'eau servent de nourriture à de nombreux poissons.

Alimentation : les jeunes se nourrissent d'invertébrés et de crevettes. La morue adulte se nourrit de capelan, de hareng, de lançon et de nombreux autres poissons, de mollusques, de crustacés et même d'anémones de mer.

Le savais-tu ?
Un oeuf sur un million deviendra un adulte !

ATTENTION !
La morue franche est considérée comme une espèce menacée surtout à cause de la pêche intensive pratiquée dans le passé. Aujourd'hui, la pêche sportive a donc un impact important sur la population peu nombreuse.

Crabe

Crabe

Règne : animal Embranchement : invertébré

Classe : crustacé Ordre des espèces du parc marin : décapode (10 pattes)

Espèces de crabes dans le parc marin : crabe commun, crabe des neiges, crabe araignée

Description : corps couvert d'une carapace très solide et possédant 5 paires de pattes dont la première est en forme de pinces. Quand le crabe mue, il abandonne sa carapace pour s'en faire une nouvelle.

Habitat : il préfère les eaux profondes mais peut se retrouver en surface. Le crabe commun se dissimule sous les pierres ou s'enterre jusqu'aux yeux. Le crabe araignée couvre sa carapace d'algues et d'éponges pour se camoufler.

Population : abondante.

Reproduction : chez le crabe araignée, le mâle est très dominant. Il attrape une femelle et la transporte avec lui tant qu'elle n'est pas prête à l'accouplement.

Déplacement : curieusement, le crabe se déplace de côté.

Alimentation : actif de jour et de nuit, le crabe se révèle un nettoyeur des fonds marins car il se nourrit surtout de poissons morts. 

Le savais-tu ? Le signe du zodiaque du cancer est représenté par un crabe commun.

ATTENTION !

Comme la pêche du pétoncle se fait en raclant le fond marin, on enlève tout, détruisant l'habitat naturel du crabe.