Parcs Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Salle des médias

Communiqués de presse et fiches d'information


Fiche d'information

LE CIMETIÈRE DE L’HÔPITAL-GÉNÉRAL DE QUÉBEC

Le cimetière de l’Hôpital-Général de Québec, autrefois appelé « cimetière des héros », est situé sur les terrains de l’Hôpital général de Québec, entre les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur. Lors de sa fondation en 1692, cet établissement avait pour but de contrer le problème de mendicité auquel la ville de Québec était confrontée.

En 1710, on doit déménager le cimetière paroissial des Récollets pour faire place à une nouvelle aile de l’hôpital. Les sépultures qui s’y trouvent sont alors transportées dans un champ situé à l’est de la propriété des Augustines. L’hôpital et ses terres sont érigés en paroisse en 1721 par Mgr de Saint-Vallier. Ce champ devient le cimetière paroissial Notre-Dame-des-Anges. Y sont inhumées les dépouilles des gens décédés à l’hôpital, d’où l’appellation « cimetière des pauvres ». La première inhumation inscrite au registre remonte à 1728. Au cours de la guerre de Sept Ans, l’établissement devient un véritable hôpital militaire, tant pour les Français et les Amérindiens que pour les Britanniques. On enterre les corps dans des fosses communes sans repères identifiables. Les soldats britanniques, non catholiques, sont enterrés à l’extérieur du cimetière.

À l’époque, le cimetière n’occupe que son actuelle partie centrale. En 1938 et en 1957, on procède à deux agrandissements, englobant ainsi une partie des fosses communes qui contiennent les sépultures britanniques. À partir des années 1960, il se fait de moins en moins d’inhumations; la dernière a lieu en 1981.

Le cimetière compte aujourd’hui 4047 sépultures, dont 1058 de soldats décédés pendant la guerre de Sept Ans. De ce nombre, 177 sont morts au cours des batailles des Plaines d’Abraham et de Sainte-Foy. Les Augustines ont consigné leur nom, leur lieu de naissance et parfois leur âge dans le registre de la paroisse, un document d’une valeur inestimable.

Le cimetière ne comporte qu’un seul bâtiment : le mausolée, qui contient les restes de Louis-Joseph, marquis de Montcalm. On y retrouve également le Mémorial des morts de la guerre de Sept Ans, constitué d’un monument commémoratif et de dalles sur lesquelles sont inscrits les noms des soldats inhumés dans la fosse commune.

Par ailleurs, le cimetière de l’Hôpital-Général de Québec compte actuellement 281 stèles funéraires, dont la plus vieille date de 1828, ce qui en fait un des plus anciens encore en place à Québec.

Le paysage du cimetière de l’Hôpital-Général de Québec a été grandement perturbé depuis l’époque de la guerre de Sept Ans, alors qu’il était situé en rase campagne. Avec sa clôture, ses alignements de stèles, son mausolée, son calvaire, ses arbres adultes et sa dimension réduite, il constitue néanmoins un exemple typique de cimetière paroissial rural.


Communiqué de presse associé à cette fiche d'information.